Le groupe chinois TCL veut ressusciter les téléphones BlackBerry

63
BlackBerry

Le groupe électronique chinois TCL va concevoir, produire et commercialiser un nouveau portefeuille de smartphones sous la marque BlackBerry qui pourrait ainsi regagner du crédit notamment dans le secteur des entreprises.

Des responsables du groupe chinois ont donné discrètement un aperçu d’un premier modèle dans une suite d’un hôtel de Las Vegas, en marge du salon d’électronique grand public CES. Davantage de détails devraient être annoncés lors du Mobile World Congress fin février/début mars à Barcelone.

L’appareil sera le premier d’une gamme mise sur le marché dans le cadre d’une alliance entre TCL et la société canadienne BlackBerry, qui avait annoncé en septembre qu’elle renonçait à fabriquer ses propres téléphones pour se recentrer sur les services.

TCL se chargera de créer les smartphones en tant que tels, qui fonctionneront avec le système d’exploitation Android de Google utilisé aujourd’hui par la majorité des fabricants dans le monde. Mais BlackBerry restera en charge d’aspects liés aux logiciels et à la sécurité.

« La compilation finale des logiciels est contrôlée par BlackBerry », a indiqué Alain Lejeune, responsable de la recherche-développement chez TCL et considéré comme l’architecte du partenariat avec l’entreprise canadienne. « Nous voulons maintenir cela de cette manière du point de vue de la sécurité. Le fait que la touche finale vienne du Canada, qui est en dehors de la Chine, a une forte valeur pour nous ».

Les équipementiers en télécoms chinois ne sont en effet pas toujours vus d’un bon oeil à l’étranger, et en particulier aux Etats-Unis, sur fond de craintes de piratage ou d’espionnage par le gouvernement chinois.

TCL, qui commercialise déjà des téléphones sous la marque Alcatel, a l’intention de se concentrer sur le marché des entreprises, auxquelles il espère rappeler la solide réputation de BlackBerry pour la productivité et la sécurité.

TCL considère l’opération comme une manière de s’attaquer aux poids lourds des smartphone Apple et Samsung en profitant d’une marque déjà connue sur le marché, a relevé Steve Cistulli, un responsable du groupe chinois en Amérique du Nord.

« Arrêter la chute d’une marque est incroyablement difficile », a indiqué à l’AFP Avi Greeart, analyste chez Current Analysis, à l’issue du briefing de TCL à Las Vegas. « Mais ils se concentrent sur le meilleur marché possible en allant chercher les entreprises, qui pourraient être intéressées par la réputation de BlackBerry en matière de sécurité ».

afp