AccueilActualitéNationalDermatose nodulaire bovine : 142 foyers recensés dans 22 communes de Tizi-Ouzou

Dermatose nodulaire bovine : 142 foyers recensés dans 22 communes de Tizi-Ouzou

- Advertisement -

Les services agricoles (DSA) de Tizi-Ouzou ont fait savoir que 142 foyers de dermatose nodulaire conatgieuse (DNC) bovine recensés dans 22 communes de la wilaya où 357 bêtes ont été touchées, dont 71 sont décédées.

Selon le bilan communiqué par Dr Nordine Yata, le chef de service vétérinaire à la direction des services agricoles (DSA) de la wilaya de Tizi-Ouzou : «142 foyers recensés dans 22 communes où il est enregistré 357 bêtes caressées dont 71 sont décédées».

The graduate Fair

Dr Nordine Yata, cité ce dimanche 7 juillet par le journal Horizons, a rassuré quant au fait que cette maladie est circonscrite dans ces 22 communes «où la situation est maîtrisée avec la compréhension des éleveurs qui sont conscients que seule la prévention pourrait venir à bout de cette épidémie ».

Les éleveurs des autres communes de la wilaya qui ne sont pas visés, sont invités à rester vigilants «en prenant les mêmes mesures de prévention comme la désinfection et la démoustication de l’environnement de leur bétail», a ajouté Dr Yata, qui a mis en garde, les éleveurs contre certaines informations qui circulent sur les réseaux sociaux qui émanent de pays voisins quant à la disponibilité du vaccin chez eux.

«Nous leur disons, tous les échantillons prélevés sur les bêtes sont au niveau de l’institut Pasteur d’Alger qui est en train de les analyser avant de mettre sur le marché un vaccin adéquat une fois l’agent causal déterminé », a-t-il fait savoir, et d’ajouter : «nos éleveurs doivent savoir et comprendre qu’on ne vaccine pas une bête malade mais on la traite. Et c’est ce que nos services sont en train de faire».

Par ailleurs, le Dr Yata a démenti les informations relayées sur les réseaux sociaux sur l’apparition d’une nouvelle pathologie qui toucherait les ovins. «Pour l’heure aucun élément plausible ne se pose pour une telle ou telle autre maladie touchant l’élevage ovin ou caprin. Il y a trop d’intox», a-t-il conclu.

La maladie s’est propagée dans plusieurs wilayas

À noter que la dermatose nodulaire touchant les bovins se propage dans plusieurs wilayas du pays depuis plus d’un mois, a rapporté le 30 juin dernier le journal Le Soir d’Algérie, notant que pour endiguer l’épidémie et protéger le cheptel national, des mesures drastiques sont préconisées :

fermeture des marchés aux bestiaux, restrictions de déplacements, protocoles sanitaires renforcés, la désinsectisation et la désinfection massive des étables, des zones suburbaines et même urbaines pour éliminer les insectes vecteurs de la maladie. L’abattage des animaux atteints et l’incinération ou l’enfouissement des bovins morts, est egalement recommandé pour éviter toute propagation ultérieure.

Le Dr Nadjib Dahman, responsable de communication du Syndicat des vétérinaires affiliés à la Fonction publique (SNVAFP), a fait savoir, selon la même source, que les premiers symptômes ont été détectés à Ghardaïa. «Nous avons pris connaissance de la présence de la dermatite nodulaire sur le territoire national depuis plus d’un mois. Les premiers symptômes ont été détectés à Ghardaïa. Nous avons donc transmis au ministère de l’Agriculture des informations concernant cette maladie pour prendre leurs dispositions afin d’arrêter sa propagation», a-t-il indiqué.

Le spécialiste a noté que la maladie s’est rapidement propagée dans plusieurs wilayas, notamment Blida, Sétif, Jijel, Ghardaïa, Tizi-Ouzou, Béjaïa, Médéa et Bouira. Pour faire face à cette situation, certaines wilayas ont pris des mesures préventives en fermant temporairement leurs marchés aux bestiaux pour limiter la propagation du virus.

Cette maladie virale, originaire des régions subtropicales du Sahel, est transmise par des insectes hématophages tels que les mouches et les moustiques. Elle se caractérise par des symptômes graves chez les bovins infectés, notamment de la fièvre et l’apparition de nodules sur la peau, les muqueuses et les organes internes. La dermatose nodulaire contagieuse bovine est non transmissible à l’homme. «L’une des zones touchées de l’animal, c’est la bouche, et il n’arrive plus à se nourrir, ce qui conduit à une phase de cachexie, un amaigrissement extrême lié à une dénutrition, pouvant évoluer vers la mort», a expliqué le Dr Dahman.

Il a fait savoir également que les conséquences de cette maladie sont dévastatrices pour les éleveurs. Selon lui, la maladie peut non seulement entraîner la mort des animaux infectés, elle affecte également la qualité de la viande, rendant les carcasses impropres à la consommation. «Même si l’animal est abattu en phase de cachexie, sa carcasse n’a plus de valeur bouchère», a-t-il dit.

La Direction des services agricoles (DSA) de Jijel a enregistré 30 cas suspects de dermatose nodulaire bovine dans certaines communes de la wilaya, selon Dehmane Mohamed, inspecteur vétérinaire au sein de la DSA de Jijel, précisant que les cinq foyers ont été signalés dans les communes de Taher, Emir Abdelkader et dans la localité de Beni Ahmed (Kaous), a rapporté le 4 juillet Le Soit d’Algérie.

Le 22 juin dernier, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, avait rassuré les éleveurs, suite à l’apparition de foyers de dermatose nodulaire au niveau de quelques wilayas, que la situation est « maitrisée » et que tous les moyens de prévention et de lutte ont été mobilisés.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine