AccueilActualitéNationalLe M'naguer (datte précoce) disponible sur les étals du marché de Ghardaïa

Le M’naguer (datte précoce) disponible sur les étals du marché de Ghardaïa

- Advertisement -

Fruit de renommée dans les palmeraies du sudalgérien, le M’naguer (datte précoce) attire tous les regards dès son apparition sur les étals de la région de Ghardaïa à partir de la fin du mois de juin.

Fraîchement cueillie dans les palmeraies de la région de Tidikelt (In Salah), la datte M’naguer, arrivée à maturité grâce aux fortes chaleurs qui frappent la région, suscite un engouement croissant des consommateurs à
Ghardaïa.

The graduate Fair

Cette variété de dattes, la plus prisée dans la région en cette période estivale, est proposée sur des étals improvisés dans le souk et les différentes artères de la capitale du M’Zab à des prix oscillant entre 550 et 700 DA le kilo, selon le calibre du fruit et son goût.

Mielleuse aux reflets mordorés, à moitié mûre et encore légèrement âpre, cette datte précoce est récoltée manuellement par grappillage, une méthode qui consiste à ne cueillir que les dattes arrivées à maturité sur le régime, explique El Hadj Bachir, un commerçant en fruits et légumes de Ghardaïa.

La cueillette de cette datte, appelée M’naguer, est un travail physiquement éprouvant qui peut durer plusieurs jours. Elle est effectuée par un grimpeur de palmier, au péril de sa vie, avec précaution, tôt le matin ou en fin d’après-midi, régime par régime et brindille par brindille, sur les palmiers du Tidikelt, la région la plus chaude du pays, précise le même commerçant.

Jadis, la récolte du M’naguer commençait vers le début du mois de juillet et s’étalait jusqu’à la mi-août. Cependant, cette année, le murissement de cette variété de datte molle et très sucrée a connu une avance justifiée par le réchauffement climatique, explique El Hadj Bachir, fin connaisseur des produits phœnicicoles.
« Les signes ostentatoires du réchauffement climatique sont visibles sur le fruit dont l’épicarpe est marqué de plissements et de froissements », a-t-il noté.

Le M’naguer, une manne pour les commerçants

« Ce produit (datte précoce), le M’naguer, très prisé sur le marché, est très fragile. Il est vulnérable aux fluctuations climatiques et se gâte rapidement. Il doit être consommé au plus tard trois jours après sa cueillette », souligne le même commerçant.

A la grande satisfaction de nombreux commerçants et revendeurs, l’apparition du M’naguer constitue une source de croissance significative et une forte valeur ajoutée. Les commerçants et revendeurs ambitionnent d’améliorer leurs revenus et de tirer plus de profit de ce produit.

Ce produit grappillé dans les palmeraies de Tidikelt est présent en force sur les étalages des marchands de Ghardaïa et s’écoule facilement, soutient un commerçant occasionnel de dattes.

Cette variété de datte fraîche, le M’naguer, cueillie cette année, a détrôné les dattes stockées par les spéculateurs, explique le même commerçant, en déplorant le manque d’organisation du circuit de commercialisation de la datte.

Cependant, à son apparition sur le marché, ce fruit attire des foules de consommateurs et de curieux et constitue la meilleure offrande que l’on fait à une personne très chère, en cette période estivale dans la région de
Ghardaïa.

Proposé à la vente dans des boîtes en carton utilisées généralement pour la revente des gâteaux, les consommateurs se précipitent pour acheter une petite quantité en guise de « Fel », augure d’une saison faste et « sucrée », espère-t-on.

APS

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine