AccueilActualitéNationalDeux pionnières de l'agriculture bio en Algérie

Deux pionnières de l’agriculture bio en Algérie

- Advertisement -

Affairées dans leurs champs, Ibtissem Mahtout et Amira Messous examinent leur récente récolte de fraises, tomates et oignons dans leur ferme écologique, un projet peu commun en Algérie dans un milieu agricole encore très masculin.

« Dès que je suis sur le terrain, je suis heureuse. Du matin au soir, on est là. Pour moi c’est le plus beau métier au monde », lance fièrement à l’AFP Amira Messous, 28 ans, une botte de betteraves fraîchement sorties de terre à la main dans l’exploitation créée il y a quatre ans à Douaouda, à 30 km à l’ouest d’Alger.

The graduate Fair

Après un master en biodiversité et écologie végétale obtenu à l’Université des sciences et de technologie Houari Boumediene, les deux amies ont quitté Alger pour revenir à la terre et se lancer dans une agriculture respectueuse des cycles naturels, sans recours aux pesticides.

Selon le quotidien algérien Horizons, seules 4% des inscrits à la Chambre d’agriculture de la préfecture de Tipaza (à laquelle est rattaché la ferme bio) étaient des femmes en octobre 2023.

Au départ, « le fait de devoir s’intégrer (à un milieu d’hommes, ndlr), ça faisait un peu peur », confie Amira Messous. Mais « les agriculteurs sont contents de voir des femmes éduquées sur le terrain, ils prennent le temps de nous expliquer, ça valorise leur travail », estime-t-elle aujourd’hui.

« On a commencé avec un petit budget, 60.000 dinars algériens (environ 410 euros), juste pour acheter notre outillage de base », explique la cultivatrice, formée par le collectif Torba, une association qui défend une agriculture écologique. « On a appris à planter, à semer, à travailler le sol », raconte Ibtissem Mahtout, 29 ans.

Aujourd’hui, les deux associées emploient un ouvrier agricole à plein temps et jusqu’à huit saisonniers en période de récolte, sur leurs 1.300 mètres carré.

Vente sur Instagram

Leur succès repose aussi sur une stratégie commerciale innovante qui mêle réseaux sociaux et proximité avec le consommateur.

Toutes les semaines, elles présentent, sur leur compte Instagram, leur panier de fruits et légumes que les clients intéressés peuvent réserver via Whatsapp, puis récupérer le vendredi matin — premier jour du weekend en Algérie — dans une ferme pédagogique à Zeralda, à quelques kilomètres de leurs champs.

« De temps en temps, on veut manger quelque chose de sain. Et en plus, quand j’ai découvert les ventes pour les abonnés, j’ai trouvé ces filles très sympas, je voulais les encourager », témoigne à l’AFP Fatma Zohra, une retraitée de 72 ans, cliente fidèle.

Chaque semaine, les deux exploitantes vendent entre 10 et 30 paniers dont la composition suit les saisons, souvent plus variée durant les beaux jours qu’en automne ou hiver.

Au-delà du marché paysan du vendredi, où d’autres producteurs viennent aussi proposer leurs produits, la ferme pédagogique est également un espace de rencontre où sont organisés des cours de cuisine, des activités artistiques et des visites pour enfants.

AFP

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine