AccueilActualitéNationalAprès le FLN, le RND appelle le président Tebboune à briguer un...

Après le FLN, le RND appelle le président Tebboune à briguer un 2ème mandat

- Advertisement -

Le Rassemblement national démocratique (RND) a appelé, samedi à Alger, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, à se porter candidat à l’élection présidentielle prévue le 7 septembre prochain afin que les réformes structurelles engagées par l’Algérie durant son premier mandat puissent être menées à terme.

« Le Rassemblement national démocratique appelle, au nom de tous ses cadres, élus et militants, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, à se porter candidat à l’élection présidentielle du 7 septembre 2024, afin que les réformes structurelles engagées par l’Algérie durant son mandat présidentiel actuel puissent atteindre leurs objectifs et que leurs fruits puissent être cueillis avec la matérialisation du décollage économique, dont les contours commencent à se dessiner dans divers domaines », a précisé le parti dans un communiqué publié au terme de la session extraordinaire de son Conseil national, rapporte l’APS.

The graduate Fair

En appelant le président de la République à briguer un deuxième mandat, le RND vise à « préserver les acquis sociaux dont jouissent les citoyens algériens, notamment face aux défis à venir qui exigent la consolidation des acquis, avec la même détermination, la même volonté et la même vision prospective qui animent le président de la République », a précisé le parti.

Aussi, le Conseil national du RND a invité l’ensemble des cadres, des élus et des militants du parti à « la mobilisation en vue de sensibiliser le corps électoral à l’importance de répondre à l’appel de la patrie en prévision de ce rendez-vous important lors duquel le peuple algérien élira, démocratiquement et souverainement, le président de la République qui présidera aux destinées du pays durant les cinq prochaines années ».

Dans une allocution prononcée à cette occasion, le Secrétaire général du RND, Mustapha Yahi, a affirmé que l’homme de la prochaine étape « doit garantir la continuité des réformes jusqu’à la réalisation de leurs objectifs et préserver et consolider les acquis sociaux réalisés par l’Algérie ces dernières années », réaffirmant « le soutien du RND à l’effort national consenti par les institutions de l’Etat et à l’orientation du président de la République visant à construire une économie nationale génératrice de richesse et affranchie de la dépendance aux hydrocarbures ».

Il a, par ailleurs, salué « les positions de la diplomatie algérienne, sous la conduite du président de la République, incarnant la souveraineté, le courage et la force de persuasion s’agissant des causes justes dans le monde, notamment les causes palestinienne et sahraouie ».

Le 13 juin, le parti du Front de libération nationale (FLN) a appelé le président Tebboune à se présenter à la Présidentielle du 7 septembre pour briguer un nouveau mandant, et ce, « en reconnaissance des acquis importants réalisés par l’Algérie sous sa direction et dans le cadre de la poursuite du processus de réforme et de développement ».

A noter que le président Tebboune, qui a convoqué le corps électoral le 8 juin dernier, n’a pas encore annoncé s’il se porterait candidat ou non pour un second mandat. Outre le FLN et le RND, d’autres partis ont déjà a annoncé leur soutien à la candidature d’Abdelmajid Tebboune, 79 ans, lors du prochain scrutin. Il s’agit du Mouvement El Bina d’Abdelkader Bengrina, du parti El Karama et du Front du militantisme national (FMN).

Selon les dernières informations, 26 postulants à la candidature pour l’élection présidentielle du 7 septembre prochain ont retiré, à ce jour, les formulaires de souscription des signatures individuelles. L’opération doit prendre fin le 13 juillet prochaine, selon l’article 251 de la loi portant régime électoral qui stipule que la déclaration de candidature est déposée, au plus tard dans les 40 jours qui suivent la publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral.

Parmi les personnalités politiques qui ont annoncé leur candidature, il y a Zoubida Assoul, présidente de l’Union pour le changement et le progrès (UCP), Belkacem Sahli, secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), Louisa Hanoune, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Abdelaali Hassani Cherif du Mouvement pour la société et la paix (MSP). Le Front des forces socialistes (FFS) a désigné son premier secrétaire national, Youcef Aouchiche, comme candidat du parti à la présidentielle.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine