AccueilEntreprises-ManagementTayal va bientôt exporter ses produits vers la France

Tayal va bientôt exporter ses produits vers la France

- Advertisement -

Le complexe textile algéro-turc, Tayal, situé à Relizane, s’apprête à exporter ses produits « Made in Algeria » vers la France dès la fin juillet 2024.

« Nous allons exporter, fin juillet prochain, le premier produit Made in Algeria vers la France pour le compte d’une marque française », a fait savoir Tarik Elkerbiçer, PDG de Tayal, dans une déclaration au quotidien Horizons, à l’occasion de sa participation au salon TexStyle Expo, qui s’est tenu du 10 au 12 juin au Palais des expositions à Alger.

The graduate Fair

En 2023, Tayal a réalisé un chiffre d’affaires de 65 millions d’euros, dont 10 millions à l’export. Selon son PDG, le complexe textile ambitionne désormais de développer ses marchés au Maghreb, au Moyen-Orient, mais aussi sur le continent africain.

« Après la crise sanitaire de la Covid-19, nous avons immédiatement commencé à prospecter les marchés mondiaux. Nous avons débuté par la Tunisie, l’Egypte et aussi l’Europe. Aujourd’hui, nous avons réussi à ramener sept ou huit marques internationales avec lesquelles nous sommes certifiés en tant que fournisseur », a déclaré le PDG du complexe textile.

Ainsi, a-t-il dit, pour 2024-2025, « nous travaillons à renforcer nos exportations. Nous attendons beaucoup de la Zone de libre-échange continentale africaine, afin de répondre aux besoins du continent africain. Nous visons aussi à développer le marché de la zone arabe, grâce à l’accord de libre-échange », a-t-il indiqué.

Le gigantesque complexe emploie actuellement plus de 3 000 personnes. Il est doté d’une chaîne de production verticalement intégrée, du fil de coton au vêtement fini, et consacre 70% de ses produits à l’export. La société mixte algéro-turque entre la société turque Intertay et les entreprises publiques C&H, Texalg et Madar Holding a été créée en 2020, avec un investissement de plus de 870 millions de dollars.

Le complexe Tayal fabrique et commercialise les fils, les tissus denim (utilisés pour la confection des jeans) et non denim, les tissus tricotés et les produits finis. « Pour le fil, nous travaillons avec plusieurs entreprises publiques et privées. Nous essayons de maîtriser le secteur des tissus denim, qui est très faible en Algérie. Pour les tissus non denim, nous travaillons avec le secteur public, l’armée et autres », a détaillé Tarik Elkerbiçer.

Pour les produits finis, « nous travaillons notamment avec des marques comme Décathlon, le spécialiste français des vêtements de sport, mais aussi avec des marques locales qui possèdent leurs propres magasins », ajoute encore le PDG de Tayal, tout en relevant, cependant, quelques difficultés à s’approvisionner en matières premières, le coton.

« La base du textile, c’est le coton. Malheureusement, il n’est pas cultivé en Algérie. Mais il y a des projets d’entreprises qui tentent de lancer la culture du coton dans le Sud, d’autant que l’Algérie en a produit de très bonnes qualités jusque dans les années 1970 », a expliqué le PDG du complexe textile.

Et de préciser que pour l’instant, « nous importons la plupart des matières premières que nous ne trouvons pas localement, comme certains produits chimiques spécifiques. Mais certaines matières sont tout de même disponibles en Algérie ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine