AccueilAfriquePerformances mitigées pour les ports africains dans l'Indice 2023 de la Banque...

Performances mitigées pour les ports africains dans l’Indice 2023 de la Banque mondiale

- Advertisement -

Pour cette édition du CPPI, 405 ports à conteneurs ont été évalués à travers le monde, contre 348 en 2022. Plus de 182 000 escales de navires ont été comptabilisées, pour 238,2 millions de mouvements de conteneurs.

Hormis les ports de Tanger Med (Maroc) et de Port-Saïd (en Égypte) qui se sont illustrés en figurant dans le Top 100 mondial, les plateformes portuaires africaines occupent des rangs bas ou moyens dans le nouveau classement des ports les plus performants au monde établi par la Banque mondiale.

The graduate Fair

L’édition 2023 du « The Container Port Performance Index (CPPI) 2023 » a évalué les performances des ports en mesurant le temps d’escale des navires à quai, notamment la durée écoulée entre l’arrivée en rade et le départ du poste d’amarrage après déchargement ou chargement.

Un critère élaboré sur la base de plusieurs facteurs dont l’efficacité de la plateforme, la qualité du tirant d’eau, des installations de quai, des liaisons routières et ferroviaires, la compétitivité des services et des procédures des agences publiques pour le dédouanement.

« La durée moyenne d’une escale en 2023 était de 40,5 heures, ce qui représente une légère augmentation par rapport à la moyenne mondiale de 36,8 heures en 2022. Environ 11,7% (ou 3,71 heures) étaient du temps d’inactivité consommé au poste d’amarrage immédiatement avant et après les opérations de fret. Il existe donc une opportunité d’éliminer près de 4 heures de temps de port par escale à l’échelle mondiale, simplement grâce à une meilleure planification, préparation, communication et rationalisation des processus » révèle le rapport.

Les ports africains dans le classement (le port d’Alger 346e place mondiale, ndlr)

Pour la région Afrique, certains ports ont significativement amélioré leur position alors que d’autres ont dégringolé. Tanger Med conserve sa 4e place mondiale, mais Port-Saïd perd 5 places et se retrouve en 16e position après avoir été 10e en 2022. Le port de Djibouti chute de la 26e à la 379e position, alors que Casablanca (Maroc) et Damiette (Égypte) qui occupaient respectivement les rangs de 159e et 173e mondiaux se retrouvent presque dans les dernières marches du podium, notamment aux 332e et 387e places.

Parmi les derniers de la liste figurent aussi les ports de Beira (340e, Mozambique), de Monrovia (344e Liberia), d’Alger (346e, Algérie), d’Abidjan (353e, Côte d’Ivoire), d’Owendo (357e, Gabon), de Nouakchott (358e Mauritanie), de Nacala (363e Mozambique), de Dar es-Salaam (367e, Tanzanie), de Port-Louis (369e, Maurice), de Douala (370e Cameroun), de Tema (376e, Ghana), de Walvis Bay (380e, Namibie), de Dakar (381e, Sénégal), de Matadi (386e, RDC), de Port Soudan (388e, Soudan), de Port Elizabeth (391e, Afrique du Sud), de Pointe-Noire (394e, République du Congo), de Durban (398e, Afrique du Sud), de Cotonou (402e, Bénin), de Ngqura (404e, Afrique du Sud) et de Cape Town (405e, Afrique du Sud).

Le port de Mogadiscio (Somalie) est par ailleurs la grosse surprise en se positionnant au 4e rang continental et à la 166e place mondiale. Conakry (197e, Guinée), Freetown (226e, Sierra Leone), Agadir (288e, Maroc), Onne (305e, Nigeria), Lagos (309e, Nigeria) et Lomé (318e, Togo) tiennent des places relativement honorables.

D’après le rapport, des améliorations significatives ont été apportées dans plusieurs ports, notamment d’Afrique subsaharienne, pour réduire le temps d’escale, mais les avancées observées ont été annihilés par les contre-performances des ports sud-africains, ce qui aussi en partie impacté l’augmentation de cette performance globale à l’échelle mondiale.

« Les performances se sont améliorées en Afrique (subsaharienne), avec une amélioration moyenne de 2 heures du temps d’arrivée sur toutes les tailles de navires. Les améliorations et réductions globales des heures moyennes d’arrivée dans les ports africains ont été tirées par Dar Es-Salaam, Monrovia, Douala, Pointe-Noire, Tema, Luanda, Lomé, Lagos, Port Victoria, Dakar et Ngqura ».

Au niveau mondial

Les ports d’Asie de l’Est et du Sud-Est ont arraché 13 des 20 premières places du classement. Le port chinois de Yangshan est le plus performant au monde en 2023, devant Salalah à Oman et Cartagena en Colombie. Le port de Barcelone, première plateforme européenne de la liste, occupe la 36e position, alors que Philadelphie, premier d’Amérique du Nord, est le 55e mondial.

Les améliorations en termes de réduction du temps d’escale ont été plus remarquées en Asie de l’Est et du Sud-Est. En Asie de l’Est, des améliorations ont été constatées à Yantian et Yangshan, mais contrebalancées par une augmentation du temps de travail à Manille et Qingdao. Il n’y a aucun port européen dans le Top 20 en termes de réduction de la durée d’escale. Poti, La Spezia, Mersin, Trieste, Hambourg et Koper ont tous connu des délais d’arrivée moyens plus longs.

Agence Ecofin

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine