AccueilénergieLe pétrole recule avant le week-end et l'Opep+

Le pétrole recule avant le week-end et l’Opep+

- Advertisement -

Les prix du pétrole se sont repliés vendredi, les investisseurs se positionnant avant le week-end et la tenue d’une réunion de l’Opep+ au cours de laquelle, la reconduction des coupes de production est attendue.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en juillet, dont c’est le dernier jour d’utilisation comme contrat de référence, a cédé 0,29% à 81,62 dollars. Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison le même mois, a reculé de 1,18% à 76,99 dollars.

The graduate Fair

Les représentants des douze membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), conduits par Ryad, et leurs dix alliés de l’accord OPEP+ emmenés par Moscou, doivent ainsi décider dimanche de leurs niveaux de production au cours d’une visioconférence.

« Au minimum, on s’attend à ce que l’OPEP+ prolonge ses coupes de production jusqu’au troisième trimestre. Ce serait à peine une surprise si ces réductions de production sont étendues jusqu’à la fin de l’année », a indiqué à l’AFP Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

Pour Matt Smith de Kpler, les pays producteurs devront peut-être proposer d’autres mesures s’ils veulent provoquer une remontée des prix du baril, ce qui est l’objectif.

En attendant, « les courtiers craignent de rester sur des positions longues », pariant à la hausse, avant la fermeture du marché pour le week-end, a noté l’analyste de Kpler.

Des données médiocres en provenance de Chine ont aussi pesé sur le marché.

L’activité manufacturière en Chine, reflet de la santé des usines et du monde industriel, s’est en effet contractée en mai, selon des chiffres officiels publiés vendredi qui traduisent une reprise fragile et inégale de la deuxième économie mondiale.

La reprise économique tant espérée dans le pays à la sortie de la pandémie de Covid fin 2022 a été brève et moins robuste qu’escompté.

« Le pétrole est sous pression car il y a des signes de demande plus faible en Chine », a souligné Andy Lipow.

Aux États-Unis, l’inflation est restée au même niveau comme attendu à 2,7%, selon l’indice PCE, loin de la cible de 2% que cherche à atteindre la banque centrale.

« Nous n’attendons pas de réductions de taux de la Fed cette année », estime Matt Smith et c’est une des raisons « pour laquelle, le pétrole est resté négatif vendredi ».

Des taux d’intérêt élevés plus longtemps risquent de ralentir l’activité et la demande d’énergie, ce qui est baissier pour le marché pétrolier.

AFP

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine