AccueilActualitéNationalDu nouveau dans l’affaire des navires algériens immobilisés dans un port belge

Du nouveau dans l’affaire des navires algériens immobilisés dans un port belge

- Advertisement -

Du nouveau dans l’affaire des deux navires algériens de transport de marchandises, le Timgad et le Sedrata, jusque-là immobilisés au port d’Anvers, en Belgique.

Selon les déclarations, ce mercredi sur les ondes de la radio chaine 3, de Mme Nadia Rabia, la PDG du groupe GATMA (Groupe algérien de transport maritime), l’affaire connait un dénouement.

The graduate Fair

Mme Nadia Rabia a déclaré qu’avec « le soutien des autorités, nous avons pu récupérer un navire. Le deuxième est en cours de rapatriement, et nous voulons que ce navire soit doté de tous les équipements nécessaires et conformes aux conditions internationales de navigation », a-t-elle déclaré.

Conscient que le transport maritime des marchandises de et vers l’Algérie relève ni plus ni moins de la souveraineté nationale, tel que maintes fois souligné par le président de la République et allant jusqu’à suggérer sa restructuration, le groupe GATMA s’attèle à mettre les moyens pour la réfection de sa flotte, a indiqué par ailleurs la PDG de Gatma.

Celle des « 9 navires détenus par la compagnie ont déjà nécessité une enveloppe de 7 milliards de dinars, trois vont arriver prochainement comme nouvelles acquisitions », a déclaré Mme Rabia.

Entre 2021 et 2022, plusieurs navires algériens de transport de marchandises ont été bloqués dans des ports européens en Belgique, Espagne et France.

Si la situation des cargos algériens (Stidia, Saoura, Tinzirène, Kherrata, Constantine) bloqués dans des ports espagnols et français, a été réglée et ont pu être rapatriés, ce n’était pas le cas des navires Timgad et Sedrata, immobilisés dans le port belge depuis novembre 2021, pour le premier, depuis février 2022, pour le second.

En août 2022, le journal El Watan rapportait que les autorités belges avaient levé les réserves émises par la Fédération des travailleurs du transport maritime (IFT) et les autorités portuaires d’Anvers à l’origine de ces immobilisations, mais la délégation officielle algérienne dépêchée en Belgique pour débloquer la situation, et après un long séjour, n’avait pas obtenu la libération des deux cargos.

Concernant le Timgad, le secrétaire général du syndicat de Cnan-Nord, Bensouna Khiri, avait expliqué à El Watan, qu’«une caution de 8,4 millions de dollars avait été déposée, comme l’a exigé l’affréteur D-Shipp, le jour où il a immobilisé le navire sur décision du tribunal.»

Il avait precise : «De même que les réserves émises par l’IFT, liées au paiement des salaires des marins embarqués ou en congé et qui ont été à l’origine de la mise en situation d’abandon du navire ont été levée, puisque les virements ont été effectués à tous les marins et la situation de ces derniers a été assainie ».

Pour ce qui du Sedrata, Bensouna Khiri avait indiqué : « Le navire a été immobilisé pour expiration de l’assurance mais aussi pour des prescriptions techniques relevées par les autorités portuaires. Un chantier a été retenu pour effectuer des réparations et des mises en conformité.» 

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine