AccueilEntreprises-ManagementAli Aoun : "60% du secteur industriel public en Algérie à l’arrêt"

Ali Aoun : « 60% du secteur industriel public en Algérie à l’arrêt »

- Advertisement -

Le mministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, s’est exprimé une nouvelle fois lundi sur le secteur industriel public. « 60% du secteur industriel public en Algérie sont à l’arrêt », a-t-il fait savoir, lors du Forum de la radio algérienne chaîne 1.

Concernant la gestion des groupes industriels publics, M. Aoun a expliqué qu' »il est impossible de gérer un groupe de 25 entreprises, dont chacune compte de 5 à 6 usines, par un seul PDG ». Pour lui, cette gestion est « l’une des principales causes de l’échec du secteur public dans le pays ».

The graduate Fair

Le secteur industriel public a « subi un coup dur par le passé, en raison de l’ouverture des importations au détriment du produit local », selon M. Aoun, qui évoqué à ce propos le secteur du textile et du cuir.

« Malgré l’existence de nombreuses infrastructures de base, notamment pas moins de 120 zones industrielles, dont 80 raccordées à l’électricité, la gestion défaillante et incompétente par le groupe Divindus de ces zones a aggravé la crise », a expliqué le ministre.

Selon lui, les services de son département ministériel œuvrent à améliorer la gestion de ces zones industrielles à travers la restructuration du groupe Divindus en créant des filiales, dont chacune sera chargée de gérer les zones industrielles dans tout le pays.

M. Aoun a fait état de l’existence de 174.000 entreprises publiques en Algérie, sur un total de 1,2 million d’entreprises. Selon lui, le secteur industriel, qui emploie près de 3 millions de travailleurs, est dominé par le secteur privé à hauteur de 85%.

Le ministre a également fait savoir que les entreprises publiques emploient 94.000 travailleurs et qu’elles avaient réalisé, en 2023, un chiffre d’affaires de 500 mds DA, tandis que leurs exportations avaient atteint environ 450 millions USD, un chiffre réalisé principalement par la société Algérien Qatari Steel.

Il a indiqué que son département ministériel avait élaboré une feuille de route pour le développement des filières industrielles à fort potentiel, notamment l’industrie de transformation, l’industrie mécanique, la sidérurgie, le textile et le cuir, ainsi que l’industrie pharmaceutique.

Dans ce cadre, le ministère œuvre à soutenir et à améliorer la performance de la production industrielle publique, en s’appuyant sur des contrats de performance qui visent à optimiser la gestion des entreprises. Ces contrats, mis en œuvre fin 2023, « commencent à donner leurs fruits », affirme M. Aoun.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine