AccueilénergieHydrocarbures : l'Algérie honore ses engagements internationaux de réduction des émissions de...

Hydrocarbures : l’Algérie honore ses engagements internationaux de réduction des émissions de polluants

- Advertisement -

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a affirmé, jeudi, que l’Algérie honorait ses engagements internationaux en matière de réduction des émissions de polluants dans le secteur des hydrocarbures à travers plusieurs projets d’investissement visant à réduire le volume de gaz torchés dans les installations énergétiques mais aussi par le biais des projets de reboisement d’envergure qui seront concrétisés par le groupe Sonatrach.

Lors d’une séance plénière consacrée aux questions orales au Conseil de la nation, présidée par M. Salah Goudjil, président de l’institution parlementaire, en présence de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar, M. Arkab a précisé que l’Algérie, « à l’instar des autres pays exportateurs, s’emploie à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 7 à 22% d’ici 2030 et à ramener le volume total de gaz torchés à moins 1% ».

The graduate Fair

Cela passe par « les mesures et dispositions que l’Algérie s’attèle à mettre en œuvre pour surveiller et contrôler les émissions, en collaboration avec nos partenaires nationaux et internationaux », a-t-il expliqué, rappelant que le groupe Sonatrach comptait mettre en œuvre un programme ambitieux de séquestration naturelle du carbone, avec le concours de la Direction générale des forêts (DGF), à travers la plantation de 420 millions d’arbres sur une superficie de 520.000 hectares dans le sud du pays.

Ce projet d’envergure, prévu sur 10 ans, allie lutte contre le changement climatique, reboisement et développement socioéconomique des régions concernées, ce qui créera des milliers d’emplois et améliorera l’environnement et les conditions de vie de la population, a précisé M. Arkab.

Et de faire état, par là même, de la mise en place d’une commission ad hoc regroupant toutes les parties concernées par la question de la réduction des émissions de méthane en vue de l’élaboration d’une feuille de route pour « la création d’un outil national de détection, d’évaluation et de réduction des émissions de méthane ». « Plusieurs projets sont en cours de réalisation par Sonatrach et ses partenaires », a-t-il indiqué.

Soulignant qu’il n’y avait pas, à ce jour, une taxe internationale unifiée sur les émissions de gaz à effet de serre appliquée particulièrement aux pays exportateurs de gaz, M. Arkab a affirmé que les mesures prises visaient dans l’ensemble à renforcer les objectifs de protection de l’environnement et du climat.

L’Union européenne (UE) est en train de mettre en place le Mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (CBAM), devant imposer des taxes sur les émissions de CO2 pour les produits à forte empreinte carbone importés par l’UE comme l’acier, le ciment, les engrais, le verre et l’aluminium, a fait savoir le ministre, précisant qu’il entrera en vigueur progressivement à partir de 2026.

M. Arkab a, par ailleurs, évoqué le programme de modernisation du groupe Sonatrach, visant, grâce à un budget de 50,3 milliards USD pour la période 2024-2028, à augmenter les réserves d’hydrocarbures du pays et de la production primaire, et ce, par l’intensification des efforts de prospection et d’exploration et l’amélioration de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures à l’aide de techniques modernes.

Le groupe a également consacré 416 millions USD à des projets environnementaux, dont 67 millions USD pour des projets d’énergie solaire et 68 millions USD pour des projets de production d’hydrogène.

APS

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine