AccueilActualitéNationalAlgérie-Turquie : les échanges commerciaux ont progressé de 30% en 2022

Algérie-Turquie : les échanges commerciaux ont progressé de 30% en 2022

- Advertisement -

L’ambassadrice de Turquie en Algérie, Mahinur Ozdemir Goktas, a souligné à Alger l’excellence des relations algéro-turques sur les plans politique et économique, ce qui s’est traduit notamment par une nette évolution des volumes des échanges commerciaux qui ont progressé de 30% en 2022.

« Les relations politiques et économiques entre les deux pays progressent de manière excellente, notamment avec la visite du Président de la République algérienne M. Abdelmadjid Tebboune en Turquie. Nos échanges commerciaux ont augmenté de 30% en un an pour atteindre 5,3 milliards de dollars, malgré une période de stagnation du commerce mondial », a indiqué Mme Goktas, selon l’agence APS.

The graduate Fair

La diplomate s’exprimait mercredi soir lors d’une rencontre avec des hommes d’affaires et opérateurs économiques turcs opérant en Algérie à l’initiative du Conseil mondial des affaires turques (DTIK Algérie), en partenariat avec l’ambassade de Turquie, et à laquelle ont pris part les ministres des Travaux publics et des infrastructures de base, Lakhdar Rekhroukh, et de la Santé, Abdelhak Saihi.

Atteindre 10 milliards de dollars d’échanges commerciaux

Relevant que l’objectif fixé par les deux pays d’atteindre 10 milliards de dollars, et pour les échanges commerciaux et pour les investissements turcs en Algérie, est réalisable à terme, Mme Goktas s’est félicitée du nombre, en constante évolution, des entreprises turques en Algérie et qui sont aujourd’hui quelque 1.550 entités activant dans des secteurs variés.

« Aujourd’hui, je voudrais affirmer que nous sommes le pays étranger avec le plus grand nombre d’entreprises présentes en Algérie. Le montant de nos investissements en Algérie dépasse les 5 milliards de dollars et lacapacité d’emploi dépasse les 30.000 employés », a-t-elle dit.

Outre le BTPH et l’industrie, l’ambassadrice a fait part de l’intérêt de la partie turque d’investir « à court et moyen termes dans les secteurs de l’énergie et l’agriculture, auxquels l’Etat algérien attache une importance particulière ».

Pour sa part, Okay Tosyali représentant du DTIK en Algérie, a relevé les liens d’amitié profonds et historiques entre l’Algérie et la Turquie, saluant l’élan de solidarité de l’Algérie envers la Turquie à la suite du séisme qui a frappé le pays début février dernier.

Quant au Président du Conseil d’affaires algéro-turc, côté algérien, Maamar Djalel Serandi, il a affirmé que la nouvelle loi sur l’investissement est à même d’ouvrir la voie à de « nouveaux partenariats et  projets structurants et solides entre opérateurs algériens et turcs » dans divers domaines.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine