AccueilActualitéNationalAlgérie-UE : Ce qu'a dit Josep Borrell

Algérie-UE : Ce qu’a dit Josep Borrell

- Advertisement -

Le Haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, vice-président de la Commission européenne, Josep Borrell, en visite en Algérie, a été reçu ce lundi par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

A l’issue de l’audience que lui a accordée le chef de l’Etat, le Haut représentant européen a qualifié l’Algérie de « partenaire stratégique » de l’Union européenne, et « un acteur incontournable » dans le voisinage commun. Il a remercié le le Président Tebboune et le Premier Ministre Aïmene Benabderrahmane « pour l’accueil très chaleureux » qu’ils lui ont réservé, et avec qui, il a eu « des échanges très ouverts et très constructifs. » 

The graduate Fair

« Nous sommes exposés de façon croissante à des défis communs – l’Union européenne et l’Algérie – et nous avons construit au fil des années un partenariat solide qui bénéficie aux deux parties. C’est un partenariat fondé aussi et surtout sur les liens humains, historiques, culturels qui unissent nos peuples », a-t-il dit dans sa déclaration de presse publiée sur le site de l’Union européenne.

« Nous – l’Union européenne et l’Algérie – coopérons déjà beaucoup, étroitement dans des secteurs qui sont d’intérêt commun. Et je suis ici pour discuter de la meilleure façon de faire avancer notre relation davantage, ensemble, en exploitant au mieux tout notre potentiel, tout le potentiel de cette relation, qui est à la fois culturelle, politique et économique », a indiqué M. Borrell.

Selon le Haut représentant européen, « l’énergie est sans doute un domaine où nous avons un partenariat qui fonctionne bien. » « [Environ] 90% des exportations de gaz algérien partent vers l’Europe, et nous savons que nous pouvons compter sur l’Algérie, qui est un partenaire fiable et il l’a été dans des moments difficiles », a-t-il expliqué.

« Nous souhaitons développer cette relation ensemble avec l’Algérie, pas seulement pour le présent, pas seulement pour le gaz aujourd’hui, mais en regardant vers le futur, en privilégiant les investissements européens dans le secteur des énergies renouvelables. C’est le futur. Ce futur là pour l’Algérie est très prometteur, puisque l’Algérie a un énorme potentiel dans le domaine des énergies renouvelables », a-t-il déclaré.

Côté commerce, selon Josep Borrell, « plus de la moitié du commerce extérieur algérien se fait avec nos États membres – 56% des exportations et 43% des importations. » « Mais nous savons, les uns et les autres, que nous pouvons faire mieux. Il nous faut commencer par trouver une solution aux limites actuelles », a-t-il indiqué.

Et d’ajouter : « Je pense, par exemple, aux entraves introduites depuis juin 2022 [par l’Algérie] aux échanges commerciaux avec l’Espagne, qui doivent trouver une solution. Je pense aussi aux contraintes qui entravent les investissements Européen en Algérie, qui ont un impact direct sur la mise en œuvre de notre Accord d’association [UE-Algérie]. Trouver une solution a tout cela est dans notre intérêt commun. »

D’après M. Borrell : « La lutte contre la corruption et contre le blanchiment d’argent constitue également une priorité importante, tant pour l’Union européenne que pour l’Algérie. » « Nous avons échangé sur ce sujet et sur les questions de la restitution des ‘avoirs mal acquis’ et des transferts financiers illicites, et je suis absolument convaincu de la nécessité de renforcer notre coopération dans ce domaine. La volonté du gouvernement algérien de travailler sur les ‘avoirs mal acquis’ c’est quelque chose qu’aura la coopération de l’Union Européenne », a-t-il expliqué.

Le chef de la diplomatie européenne a dit avoir « parlé du Maghreb et de l’instabilité dans la région du Sahel, et dans le Golfe de Guinée, et « longuement évoqué le processus de paix et la situation au Moyen Orient qui nous inquiète beaucoup, avec des violences qui menacent d’engendrer une nouvelle escalade de violence dans les territoires occupées en Palestine. »

Il a estimé que « l’Algérie est un acteur clé dans la région et au-delà. Nous apprécions son engagement au sein de la Ligue Arabe comme au sein de l’Union Africaine. » Il a également souligné le « rôle majeur que l’Algérie a joué pour la paix au Mali – à travers les accords d’Alger de 2015 qu’il faut encore mettre en œuvre. » Concernant la Guerre en Ukraine, M. Borrell a invité « l’Algérie à se joindre aux efforts engagés pour arrêter cette guerre injustifiable et atténuer son impact économique et humain sur le monde entier. »

« J’ai aussi salué l’élection de l’Algérie au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Être membre du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies est très important, il s’agit d’une institution très importante et le fait d’y siéger comporte des responsabilités particulières en matière de promotion et de protection des droits humains, y compris la protection de droits fondamentaux comme la liberté de la presse et la liberté d’expression. Nous serons heureux de travailler ensemble avec l’Algérie sur ces sujets – pour nous très important et qui nous préoccupent », a-t-il expliqué.

Le Haut représentant de l’UE a indiqué que « nous avons convenus de relancer notre Dialogue de haut niveau en matière de sécurité » et que « les premières réunions vont se tenir avant la fin de l’année. » « Ceci prouve que l’Algérie est un partenaire de confiance et un acteur clé dans la lutte contre le terrorisme dans notre voisinage commun », a-t-il dit.

Et d’ajouter : « Vous avez une énorme histoire de lutte contre le terrorisme et nous voulons développer une vision globale et stratégique de ces menaces, anciennes et nouvelles, coordonner et soutenir mutuellement les actions sécuritaires, et joindre nos efforts pour renforcer la stabilité de notre environnement et notre voisinage commun, et je pense en particulier au Sahel. »

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine