HomeEntreprises-ManagementMise en service de l'unité de production de stylos à insuline à...

Mise en service de l’unité de production de stylos à insuline à Boufarik

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Ali Aoun, a supervisé, lors de sa visite à Blida, l’entrée en production de l’unité d’assemblage de stylos à insuline de Novo Nordisk Boufarik, rapporte ce lundi le ministère dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

Aldaph / Novo Nordisk a de l’expérience dans la production, l’assemblage et le conditionnement entièrement automatique de stylos à insuline préremplis (Flexpen) conformément aux normes cGMP et ISO.

L’unité de production comprend une ligne d’assemblage et deux lignes de remplissage, avec une capacité de production totale estimée à 45/50 millions de stylos par an de type NovoMix, FlexPen; NovoRapid; Levemir, Flexen, Victoza.

Dans une déclaration à la presse, Ali Aoun a qualifié cette réalisation « de grand pas », qui va permettre justement , a-t-il, de réduire le prix de l’insuline, mis à la disposition du malade algérien et aussi de faire des économies au niveau de la caisse de sécurité sociale.

« Cette nouvelle unité est le fruit d’un partenariat algéro-danois. Elle va permettre une baisse de 1000 DA à l’unité, dans le prix des stylos à insuline destinés aux diabétiques, avec une qualité analogue à celle des stylos importés », a indiqué le ministre à l’inauguration de cette usine, en compagnie de l’ambassadrice du Royaume du Danemark en Algérie, Vanessa Vega Saenz.

Selon lui, l’entrée en production de cette unité industrielle, de même que la mise en service de l’usine de production d’insuline d’Oued Smar à Alger, à la fin du mois courant, au plus tard, « vont contribuer à réduire la facture d’importation de ces stylos de plus de 40 millions d’euros/an, parallèlement à la réduction des charges des Caisses de sécurité sociale ».

M. Aoun a aussi souligné la contribution attendue de ces nouvelles structures de production dans la « couverture de 45% des besoins du marché national, durant l’année en cours, avec une prévision de satisfaction de la totalité des besoins nationaux en 2024″, estimant qu’il s’agissait là d’' »un acquis important pour l’Algérie dans le domaine de l’industrie pharmaceutique », qui est  » en plein essor ».

A terme, le ministère de l’Industrie pharmaceutique vise à « produire de l’insuline localement et non se contenter de celle des stylos », a ajouté M.Aoun, estimant que cet « objectif est réalisable, grâce à l’entrée en service de la 2e unité de l’usine de Boufarik ». Il a également souligné la « haute technologie » exploitée par cette usine, comptant parmi les huit (8) usines relevant des laboratoires Novo Nordisk à travers le monde, dont celle de Tizi-Ouzou.

Par ailleurs, le ministre de l’Industrie pharmaceutique a imputé le retard dans la mise en service de cette unité, à « certaines parties » visant à « encourager l’importation de ces stylos, au même titre que ceux qui ont causé l’arrêt d’activité de l’usine de production de flacons d’insuline de Constantine, en 2012, qui approvisionnait les hôpitaux en la matière ». « Le temps des combines dans le marché des médicaments en Algérie est révolu », a averti le ministre.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine