HomeBanques-FinancesDes agences de banques publiques dans les nouvelles wilayas notamment frontalières

Des agences de banques publiques dans les nouvelles wilayas notamment frontalières

Le ministre des Finances, Brahim Djamel Kassali a affirmé, jeudi à Alger, que plusieurs banques publiques entendaient ouvrir des agences au niveau des dix nouvelles wilayas, notamment les wilayas frontalières, rapporte l’agence officielle.

S’exprimant lors d’une plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales, leministre a mis en avant l’attachement des pouvoirs publics à améliorer les prestations fournies par les structures sous tutelle au niveau local.

M. Kassali a fait savoir que « dans le cadre du plan de développement du réseau commercial et pour une couverture géographique optimale, les banques publiques ont lancé des procédures exploratoires en vue d’ouvrir des agences dans les nouvelles wilayas ».

Il a indiqué, à ce propos, que la Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR) était présente dans huit nouvelles wilayas, en plus d’un travail en cours pour la création de nouvelles agences à In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar, alors que la Banque Nationale d’Algérie (BNA) se trouve dans les wilayas de Touggourt et Bordj Badji Mokhtar, avec l’ouverture prévue d’agences à In Salah et In Guezzam.

La Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (CNEP-Banque) prévoit la création de six nouvelles agences au niveau des nouvelles wilayas à l’instar d’In Guezzam, Bordj Badji Mokhtar, Ouled Djellal, In Salah, Djanet et Béni Abbes, tandis que la Banque extérieure d’Algérie (BEA) prévoit l’ouverture de neuf nouvelles agences sur le plan national, dont une agence à Bordj Badji Mokhtar, précise M. Kassali en réponse à une question du député Lansari Ghali du parti du FLN.

La banque de l’agriculture et du développement rural (BDL) s’attèle à ouvrir d’agences dans les nouvelles wilayas dans lesquelles elle n’est pas encore présente, notamment Béni Abbes, In Guezzam, In Salah, Djanet et El M’Ghair, selon le ministre, ajoutant que toutes les procédures ont été prises au niveau de la Direction Générale des Impôts pour installer ses services extérieurs dans toutes les wilayas notamment celles frontalières, qui seront en service à partir du début de l’année prochaine.

En réponse à la question du député Berriche Abdelkader du Mouvement El-Bina sur les dispositions de l’article 45 de la Loi de finances complémentaire (LFC 2020) qui a prévu la qualité de conseiller d’investissement participatif « Crowdfunding », le ministre des Finances a affirmé que le système relatif aux conditions de l’exercice de ces conseillers, élaboré par la Commission d’organisation des opération de Bourse (COSOB), sera transmis dans les prochains jours au Secrétariat général du gouvernement pour étude et publication.

Financement participatif (financement collectif)

M. Kassali a rappelé que le financement participatif (financement collectif) est une des alternatives au financement conventionnel fourni par les banques et les établissements financiers, notant toutefois qu’il risque de ne pas convenir à la nature de certaines activités innovantes.

Répondant à la question du député Rachid Cherchar (Mouvement El Bina) sur l’état des structures fiscales dans la wilaya d’Oran, le ministre a affirmé que l’année 2020 a été marquée par la levée du gel sur les projets de réalisation de six centres fiscaux de proximité, dont 3 ne disposant pas encore d’assiettes foncières, outre la récente levée du gel sur la réalisation de deux centres fiscaux.

Quant au retard accusé dans le traitement des demandes de divers contrats fonciers introduites par les citoyens, le ministre a souligné que la Direction générale des domaines de l’Etat a tracé une feuille de route pour améliorer les services fournis par les conservations foncières, notamment à travers la numérisation du registre foncier et des opérations de publicité foncière via les applications informatiques et la création d’un centre national de traitement des documents déposés à la conservation foncière pour une meilleure maîtrise et sécurité de l’information.

A la question orale du député Abdenour Bousbia (Front el Moustaqbal) relative à la levée du gel sur le projet de réalisation d’un hôpital de 240 lits dans la commune de Jijel, M. Kassali a souligné que l’appel d’offres y afférent a été lancé à la mi-décembre en cours, notant que le projet a été inscrit en 2014 dans le cadre du programme sectoriel décentralisé avec une autorisation de programme de l’ordre de 600 millions de dinars.

APS

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine