HomeActualitéNational2ème mandat, fonds détournés, adhésion aux Brics, salaires : les déclarations du...

2ème mandat, fonds détournés, adhésion aux Brics, salaires : les déclarations du Président Tebboune

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué jeudi soir, qu’il était encore trop tôt d’évoquer un deuxième mandat à la magistrature suprême, relevant que sa préoccupation consiste en l’achèvement de la concrétisation de ses engagements et que chaque chose viendra en son temps.

« Je n’ai aucune réponse et je n’y pense même pas. Nous sommes à deux ou trois mois au-delà de la mi-mandat et c’est plus que trop tôt (d’en parler) », a déclaré le Président Tebboune, lors de l’entrevue périodique accordée aux représentants des médias nationaux, diffusée sur les chaînes de Radio et de Télévision nationales.

En réponse à une question relative à ce qui est « rapporté par certains médias, selon lesquels il prétendrait à un deuxième mandat », le Président Tebboune, a souligné: « l’essentiel, c’est qu’il reste encore deux années pour terminer et concrétiser mes engagements et c’est au peuple de juger par la suite », ajoutant que « chaque chose viendra en son temps ».

Fonds détrounés

Concernant la lutte contre la corruption, le chef de l’Etat que 20 milliards de dollars avaient déjà été recouvrés à l’intérieur du pays. « Vingt (20) milliards de dollars ont été recouvrés à l’intérieur du pays et nous poursuivrons l’opération de recouvrement du reste des fonds détournés », a-t-il précisé. « Les fonds thésaurisés feront l’objet d’une autre issue », a-t-il expliqué, ajoutant que « des sommes faramineuses ont été détournées (à l’étranger) en 10 à 12 ans ».

Et de poursuivre ; « La majorité des pays européens ont prêté la main à l’Algérie à ce sujet et affiché leur disponibilité à coopérer avec nous pour le recouvrement de ces fonds et leur restitution au Trésor de l’Etat algérien, pour peu que les procédures légales soient respectées ».

Selon lui, « l’opération se poursuit » et qu' »il y a, aussi, d’autres biens sous forme d’hôtels 5 étoiles et autres et nous avons été officiellement saisis pour les récupérer, particulièrement par les pays vers lesquels ces fonds ont été détournés et ceux qui étaient source de surfacturations ».

« Des fonds ont été déposés dans des coffres privés, notamment en Suisse, au Luxembourg et aux Iles Vierges », a-t-il ajouté, en réitérant son engagement à récupérer ces fonds en dépit de la complexité de l’opération.

Adhésion aux Brics

Le Président de la République a indiqué que l’année 2023 sera couronnée par l’adhésion de l’Algérie aux Brics, soulignant que ce processus exigeait une poursuite des efforts dans les domaines de l’investissement et du développement économique et humain d’une part, et de passer à des niveaux supérieurs d’exportation d’autre part. « C’est lorsque notre produit intérieur brut (PIB) dépassera les 200 mds usd, que nous pouvons dire que nous sommes proches des BRICS », a-t-il expliqué.

S’agissant de la position des membres de l’organisation vis-à-vis de la candidature de l’Algérie, le Président Tebboune a affirmé que la Chine, la Russie et l’Afrique du Sud ont accueilli favorablement cette démarche, ajoutant que le travail se poursuivait pour la concrétiser avant la fin de l’année 2023, et ce, à travers la présence officielle de l’Algérie à sa réunion.

L’adhésion de l’Algérie aux BRICS ouvrira des perspectives prometteuses à l’investissement dans le pays et au partenariat dans les différents domaines économiques, notamment les mines et les infrastructures, a estimé le Président Tebboune, soulignant que les BRICS constituent une « base économique solide ».

A ce propos, le président de la République a formulé le souhait de lancer des investissements conjoints avec les pays du groupe en vue de réaliser le projet de train transafricain, qui permettra de relier l’Algérie aux pays du Sahel.

Augmentation des salaires

Evoquant le pouvoir d’achat des citoyens et l’augmentation des salaires, le Président Tebboune a déclaré: « Nous sommes à la quatrième phase du processus d’augmentation des salaires et nous continuerons à les élever de manière à assurer une vie décente », soulignant que ce processus doit être accompagné par « un contrôle des prix ».

Il a expliqué, à ce propos, que plusieurs mesures allaient être prises l’année prochaine pour préserver le pouvoir d’achat, maîtriser l’inflation, renforcer la production et contrôler les prix.

Affirmant « la poursuite de l’augmentation des salaires annuellement jusqu’à ce qu’ils atteignent un seuil particulier », il a rappelé que « l’augmentation des salaires et de la valeur du dinar, et la lutte contre la spéculation, constituent un engagement à respecter ». « Si la valeur du dinar augmente de 30%, le pouvoir d’achat du citoyen sera renforcé », a-t-il estimé.

Le Président de la République a également mis en exergue l’impératif de « généraliser la numérisation pour pouvoir recenser les familles ayant un seul revenu », soulignant que « la numérisation deviendra un jour une réalité et tout sera révélé ».

Annonçant que l’augmentation des salaires touchera plusieurs catégories, il a indiqué qu’en cas de concrétisation de la numérisation, des chèques seront remis pour permettre au citoyen de vivre dignement. « La protection des personnes vulnérables relève de l’équité », a-t-il déclaré.

Garantir un emploi à tout diplômé des ENS

Le Président Tebboune s’est engagé, par ailleurs, à garantir un emploi à tout diplômé des Ecoles normales supérieures (ENS), soulignant l’intérêt particulier qu’il accorde à l’Education. Il a précisé, dans ce cadre, que l’Ecole, contrairement à l’Université, garantit de facto un poste de travail à ses diplômés.

Après avoir rappelé l’intérêt particulier qu’il accorde à l’enseignement, le Président de la République a souligné qu' »il ne s’agit pas d’un simple emploi, mais de tout un processus d’éducation de générations », s’engageant par la même à améliorer les conditions socio-professionnelles de l’enseignant qui ne doit pas être considéré comme simple employé.

L’avenir des enseignants contractuels (au nombre de 59.987) du secteur de l’Education dont la décision de titularisation a récemment été prise « est officiellement tracé », a-t-il rassuré, affirmant qu’il n’a jamais été question de refuser de recruter les diplômés des ENS.

Dans ce contexte, le Président Tebboune a rappelé la nécessité de parachever dans les plus brefs délais le projet de loi relatif à l’enseignant, pour lui permettre d’accomplir sa mission dans les meilleures conditions et d’éduquer des générations qui serviront leur pays.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine