HomeBanques-FinancesZiani : l'ouverture de banques à l'étranger permettra un rapatriement rapide des...

Ziani : l’ouverture de banques à l’étranger permettra un rapatriement rapide des devises

Le président de la Confédération des Industriels et des Producteurs Algériens (CIPA), Abdelwahab Ziani, a évoqué, ce mardi, l’ouverture de rerésentations des banques algériennes à l’étranger.

Le président de la CIPA a parlé de l’ouverture prochaine de ces représentations à Nouakchott (Mauritanie), Dakar (Sénégal), Abidjan (Côte d’Ivoire), Bamako (Mali), à Londres (Royaume-Uni), Paris (France) et en Allemagne.

« Il y a une bonne nouvelle que je vais annoncer aux opérateurs. Nos banques, nous ont suivi, grâce à l’appui du président de la République, d’installer nos banques à Nouakchott, à Dakar, à Abidjan, bientôt à Bamako, à Londres, à Paris et en Allemagne », a-t-il indiqué sur les ondes de la radio chaîne 3.

« C’est très important, car cela, nous permettra de rapatrier nos devises plus rapidement », a-t-il dit, en rappelant que « dans le passé, nous avons souffert des rapatriements des devises, qui passaient par trop d’intermédiaires ».

M. Ziani a également évoqué le chantier de la réforme de la loi sur la monnaie et le crédit. « Actuellement, il y a un grand chantier, c’est la réforme de la loi sur la monnaie et le crédit, pour permettre à l’entreprise d’ouvrir ses représentations dans les pays où elle exporte et d’aller explorer plus loin, mais avec l’accompagnement des insitutions telles que les banques », a-t-il expliqué, en rappelant que c’est un travail qui est fait depuis presque trois ans.

Plaidoyer pour la création d’une banque d’investissement

En outre, M. Ziani a plaidé pour la création d’une banque spécialisée dans l’investissement. « Si on parle de banques spécialisées, notamment dans l’investissement, il va falloir par des taux d’intérêt », a-t-il dit. « Aujourd’hui, les entreprises sont en train de travailler en delestant un peu leurs marges bénéficiaires », a-t-il expliqué, en relevant qu’au’jourd’hui, il n’y a pas d’entreprises qui fait de 15 à 20%.

« Si la banque à elle seule, prend du 7 à 11%, c’est impossible à l’entreprise de continuer à investir et à renouveler son matériel », a-t-il précisé, en sooulignant qu’il ne faut pas appeler uniquement à faire de l’investissement nouveau, mais renouveler le matériel c’est très important.

« Le ministère de l’Industrie nous a ouvert la brèche du matériel d’occasion, mais ce n’est pas ça qui va booster notre production, parce que nous avons besoin du spécifique pour les entreprises. C’est très important », a indiqué le président de la CIPA.

Et d’ajouter : « L’accompagnement des entreprises qui veulent booster les exportations, devront peut-être faire des extensions sur leurs usines pour aller au-delà de leurs capacités pour aller à l’étraner ».

Pour M. Ziani : « C’est très important d’avoir une banque d’investissement qui travaille avec des taux attractifs et qui peut, justement, émerger », a-t-il dit, en notant que le Trésor public soutient certaines actions par rapport aux investissements nouveaux en prenant 4 à 5 points à sa charge. Selon lui, « c’est un package qui doit être discuter dans une banque spécialisée à l’investissement ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine