HomeActualitéNationalConseil des ministres : Tebboune ordonne la titularisation immédiate des enseignants contractuels

Conseil des ministres : Tebboune ordonne la titularisation immédiate des enseignants contractuels

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présidé, ce dimanche une réunion du Conseil des ministres, au cours de laquelle il a ordonné la titularisation immédiate de tous les enseignants et professeurs contractuels du secteur de l’Education nationale, dont le nombre est de 59.987, soulignant que cette opération doit se termine, au plus tard, fin février 2023, rapporte un communiqué publié sur la page Facebook de la Présidence de la République.

Le président de la République a également ordonné de finaliser le projet de loi portant statut de l’enseignant avant le 31 décembre 2022.

Il a également appelé à encourager les enseignants et les professeurs à accomplir leur devoir professionnel, à élever le niveau de formation et à valoriser leur statut social et professionnel, à l’abri de toute exploitation afin de préserver le caractère sacré de ce noble métier.

Protection et préservation des terres de l’Etat:

Le Président Tebboune a donné des instructions au Gouvernement à l’effet d’enrichir le projet de loi en tenant compte de ce qui suit:

– Veiller à ce que cette loi vise le renforcement de la protection des terres de l’Etat et des terrains récupérés au niveau des communes, notamment les assiettes foncières récupérées après les différentes opérations de relogement.

– Réviser la loi sur l’urbanisme sur la base d’une véritable planification urbanistique afin d’éradiquer définitivement les aspects d’anarchie, et pour que toutes les opérations de construction et de réalisation soient soumises, à l’avenir, à un encadrement juridique et strictement réglementées, notamment dans les villes.

– Il a enjoint aux ministres de l’Intérieur et de l’Habitat de veiller à la création d’une Police de l’urbanisme dans le cadre du projet de révision de la loi sur l’urbanisme, dans le but de renforcer la protection des terres de l’Etat, tout en veillant à sa présence dans toutes les communes du pays.

– Intégrer dans le projet de révision de la loi un aspect répressif prévoyant les peines les plus lourdes pour les cas de complicité et à l’encontre de quiconque dont la passivité ou le laxisme est établi dans la poursuite de la défiguration de la construction et de l’urbanisme, parmi les responsables à tous les niveaux.

– Faire la distinction entre les constructions soumises aux programmes spéciaux relatifs aux cas de relogement, des cas de constructions concernées par la nécessaire régularisation, conformément à la loi sur l’urbanisme.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine