Homeéconomie numériqueIndice de développement du E-Gouvernement : l'Algérie gagne 8 places et se...

Indice de développement du E-Gouvernement : l’Algérie gagne 8 places et se classe 112ème

Le département des affaires économiques et affaires sociales des Nations Unies vient de publier la 12ème édition de son rapport sur le développement des E-Gouvernements dans les 193 pays membres.

Cette enquête 2022, reprise par le Groupement algérien des acteurs du numérique (GAAN), classe les pays selon l’Indice de Développement du E-Gouvernement (EGDI) et l’indice de participation électronique EPI.

Il est basé sur 32 indicateurs répartis sur trois dimensions : 1.La portée et la qualité des services en ligne (Online Service Index, OSI) 2.L’état de développement de l’infrastructure de télécommunication (Indice de l’infrastructure des télécommunications, TII) 3.Le capital humain (Indice du capital humain, HCI).

Cette enquête 2022 répartit les pays en 4 catégories selon le développement de l’E-gouvernement ( très élevé, élevé, intermédiaire et faible).

Selon la même source, l’EGDI ne représente pas une mesure absolue du développement de l’e-gouvernement dans un pays mais il vise plutôt à comparer les performances des gouvernements les uns par rapport aux autres.

Ainsi, sur un total de 193 pays ciblés par l’enquête, il ressort que : – 60 pays ont des valeurs d’EGDI très élevées allant de 0,75 à 1,00, – 73 pays ont des valeurs élevées de 0,50 à 0,75, – 53 pays font partie du groupe intermédiaire de l’EGDI avec des valeurs comprises entre 0,25 et 0,50. – Sept pays ont de faibles valeurs d’EGDI (0,00 à 0,25).

Le Danemark, la Finlande et la Corée du Sud sont en tête de liste. Les Emirats Arabes Unis sont l’un des pays les plus développés du monde arabe avec un EGDI de 0,901.

L’Algérie occupe la 112ème place mondiale et la 9ème en Afrique

L’Algérie figure parmi les pays du groupe 2 (EGDI élevé) avec un indice de développement du E-Gouvernement de 0.5611, elle est classée 112ème sur 193 pays et gagne 8 positions par rapport au classement de 2020, dans lequel elle était classée à la 120ème place.

Selon GAAN, le rapport indique également que l’Afrique est en deçà des autres continents avec un EGDI inférieur à la moyenne mondiale. L’Algérie occupe la 9ème place en Afrique avec un EGDI supérieur à la moyenne africaine mais inférieur à la moyenne mondiale.

L’EGDI de l’Algérie est calculé selon trois dimensions : OSI (Online service index), TTI (Telecommunication infrastructure index) et HCI (Human capital index).

Concernant la première le OSI, celui-ci mesure la portée et la qualité des services en ligne, il est basé sur 5 sous mesures : La première est la dimension du cadre institutionnel se concentre sur la stratégie nationale de digitalisation, la structure organisationnelle, la législation régissant l’accès à l’information et sa confidentialité, et les données ouvertes (open data). La deuxième, pour la fourniture de contenu, l’objectif est d’identifier dans quelle mesure les informations et ressources publiques essentielles sont disponibles en ligne.

Le troisième critère est la prestation de services, axé sur la disponibilité des e-services gouvernementaux. Le quatrième critère est la participation et l’engagement, qui évalue la disponibilité de mécanismes et d’initiatives d’interaction et les opportunités de participation du public dans les structures de gouvernance.

Cinquièmement, la dimension technologique se concentre sur les caractéristiques techniques des portails pour spécifier comment le site et le contenu sont mis à disposition des utilisateurs ; les indicateurs pertinents se rapportent à des facteurs tels que l’accessibilité, la fonctionnalité, la fiabilité, la facilité de navigation, l’attrait visuel et l’alignement sur les normes technologiques.

Dans ce domaine, l’Algérie affiche un score de 0,3743, c’est une valeur très proche de la moyenne africaine et nettement inférieure à la moyenne mondiale.

S’agissant de la dimension TTI, l’Algérie a fait des progrès significatifs ces deux dernières années en termes de connectivité et d’infrastructures. Le pays dispose désormais d’un accès national à Internet haut débit et d’un nombre croissant d’utilisateurs de téléphones mobiles. Il en ressort aussi une progression significative de 2018 à 2022, en effet le TTI en 2018 était de 0,3889, il est passé en 2022 à 0,6133.

Pour ce qui est du HCI ou indice du capital humain, il classe les pays en fonction de leur capacité à mobiliser le potentiel économique et professionnel de leurs citoyens. L’indice du capital humain varie entre 0 et 1,1 signifiant que le potentiel maximum est atteint. L’Algérie affiche de très bons résultats sur cette partie, avec un HCI de 0,6956.

E-participation index (EPI) : l’Algérie à la 148ème place

Selon l’enquête reprise par le GAAN, l’indice de participation électronique (EPI) est une mesure complémentaire à l’EGDI, il classe les pays en fonction de leur utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) pour engager les citoyens dans le processus démocratique.

Le score E-PI d’un pays est calculé en fonction de différents critères, notamment : – La disponibilité d’informations sur les élections et le processus de vote – La disponibilité d’une plateforme en ligne permettant aux citoyens de s’engager dans le processus décisionnel – La disponibilité d’outils en ligne permettant aux citoyens de signaler des problèmes et de demander des services – La disponibilité d’informations sur les finances publiques – La disponibilité d’informations sur les lois et les règlements – La disponibilité d’une plateforme en ligne permettant aux citoyens de suivre l’activité parlementaire.

La même source explique que plus un pays a de mécanismes de participation électronique mis à la disposition des citoyens, plus son indice de participation électronique est élevé. Les pays ayant un indice de participation électronique élevé sont considérés comme étant plus ouverts et transparents, ce qui favorise la collaboration entre le gouvernement et les citoyens.

Les Quatres premiers pays de la liste sont le Japan, l’Australie , l’Estonie et Singapore avec un score supérieur à 0,97.

Le GAAN note que même si l’Algérie a gagné 35 places entre 2020 et 2022, elle n’est toujours pas performante dans ce domaine. L’enquête la classe à la 148e place avec un score EPI de 0,2273, ce qui est très en dessous de la moyenne mondiale.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine