HomeActualitéNationalSemences : Réaliser un taux de 80% de couverture à l'horizon 2023

Semences : Réaliser un taux de 80% de couverture à l’horizon 2023

Pour réaliser la sécurité alimentaire, les pouvoirs publics ont également adopté une « nouvelle vision » pour garantir l’autosuffisance en matière de semences, a indiqué, ce samedi, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane.

La création de la Banque nationale de semences qui constitue « une étape cruciale » pour couvrir les besoins en la matière, a rappelé le Premier ministre qui répondait aux questions des membres du Conseil de la nation.

« L’Algérie ne peut plus compter sur une large dépendance aux semences importées. Nous avons réussi à créer une banque de semences et allons lancer la banque nationale de gènes… nous ne pouvons être dépendants de l’étranger en matière de semences, étant une menace pour notre sécurité nationale en général », a-t-il soutenu, selon l’agence APS.

Le Premier ministre n’a pas manqué de souligner l’impératif d' »aplanir les difficultés en vue de réaliser un taux de 80% de couverture en termes de semences à l’horizon 2023″.

M. Benabderrahmane a affirmé que le secteur agricole avait bénéficié de 130 milliards de dinars au titre du budget d’équipement pour 2021-2022, sous forme de subventions en faveur du développement de l’investissement agricole, de la régulation de la production et des projets structurels, rappelant l’augmentation du taux de subvention par l’Etat des engrais de 20% à 50%.

M. Benabderrahmane a aussi répondu aux questions relatives aux « terres aarch » et les terres exploitées sans titres, précisant que le recensement de ces terres agricoles relevant des Domaines de l’Etat se poursuivait.

« Des instructions ont été données en vue d’accélérer la régularisation des situations en suspens et d’engager un recensement global des exploitants sans documents à travers toutes les wilayas du pays ».

Concernant le renforcement des capacités de stockage en matière des eaux superficielles notamment la relance des projets gelés pour la réalisation des barrages, le Premier ministre a indiqué que ces dernières étaient en cours d’examen dans le cadre du Plan d’action du Gouvernement actuel pour « préserver notre sécurité hydrique qui fait du dessalement de l’eau de mer une source importante d’eau potable (60%) suivi des barrages (20%) et des eaux souterraines (20%) ».

La première série des projets prioritaires est composée de 5 stations de dessalement de l’eau de mer dont la capacité de chacune dépasse 300.000 m3/jour, à réaliser et à mettre en service en 2024.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine