HomeénergieHydrocarbures offshores en Algérie : un cadre de Sonatrach se dit optimiste

Hydrocarbures offshores en Algérie : un cadre de Sonatrach se dit optimiste

Le directeur de la division exploration du groupe Sonatrach, Rabie Badji, a révélé que la société a réussi cette année à réaliser onze (11) découvertes dans les domaines du pétrole et du gaz à travers le pays, dont neuf (9) grâce à ses propres efforts et deux (2) en partenariat avec l’entreprise italienne Eni, rapporte ce mercredi la Radio nationale chaîne I.

Le même responsable a indiqué que Sonatrach, en partenariat avec Eni, a commencé à produire du gaz à raison d’un million de mètres cubes par jour dans le champ gazier situé dans le « sud du bassin de Berkine ».

Il a également indiqué que la production dans ce champ atteindra environ deux millions de mètres cubes de gaz avant la fin de l’année en cours, ce qui soutiendra les capacités du pays dans le domaine de la production et de l’exportation de gaz et renforcera la position de Sonatrach sur le marché international du gaz, ce qui lui permettra de mieux répondre aux besoins du continent européen, selon le même média.

Le même responsable a annoncé que la Société a adopté une stratégie ambitieuse dans le domaine de l’exploration, car elle couvre les opérations de prospection et d’exploration au niveau de tous les bassins sédimentaires, et devrait également inclure tous les bassins maritimes existants dans la Méditerranée occidentale, selon la même source.

M. Rabie Badji s’est dit très optimiste quant aux opérations prospectives d’exploration et d’exploration le long de la côte, en espérant qu’elles soient couronnées de succès, à l’image de celles annoncées par un certain nombre de compagnies pétrolières internationales en Méditerranée orientale dans le but de renforcer et renouveler les réserves nationales dans les domaines du gaz et du pétrole.

Dans cette vision, Badji Rabie a indiqué que Sonatrach consacre un milliard de dollars annuellement aux opérations d’exploration et de forage, et les investissements dans ce domaine devraient atteindre environ quatre milliards de dollars à moyen terme.

Il a souligné que l’accent est davantage mis sur les zones proches des champs actuellement exploités pour faciliter le processus de démarrage rapide de la production en s’appuyant sur des installations déjà existantes.

En ce qui concerne le coût de production, il a été annoncé qu’il était inférieur à un dollar le baril, attribuant cela à l’accumulation d’expérience des ouvriers et des cadres de l’entreprise, selon le même média.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine