HomeActualitéNationalPrésident de la BSTPO : l’importation des véhicules de moins de 3...

Président de la BSTPO : l’importation des véhicules de moins de 3 ans n’est pas pour demain

Le président de la Bourse de sous-traitance et de partenariat de l’Ouest (BSTPO), Rachid Bekhchi, a expliqué, ce lundi, pourquoi l’importation de véhicules de moins de trois ans, autorisée dimanche en Conseil des ministres, par le président de la République, n’est pas pour demain.

Il va falloir attendre janvier 2023 et la publication des textes d’application de la loi de finance pour l’exercice 2023 pour définir les modalités de financement, a-t-il expliqué, lors de son intervention sur les ondes de la radio chaîne 3.

Le président de la BSTPO a, cependant, qualifié ces décidions de « bonnes nouvelles pour les citoyens algériens puisqu’elles répondent à leurs besoins d’acquérir une voiture en attendant le recadrage de notre politique industrielle de l’automobile ».

Concernant les constructeurs qui vont commencer, dans une première étape, par l’importation des véhicules, Rachid Bekhchi a fait savoir que nombreux d’entre eux sont en négociation et que l’Algérie peut devenir, dans un proche avenir, « leader régional de l’industrie automobile ».

Dimanche, le président Tebboune a autorisé les citoyens à importer les véhicules de moins de trois (03) ans « à leurs frais et pour leurs propres besoins et non à des fins commerciales ».

Il a également autorisé « les constructeurs automobiles étrangers à importer les véhicules pour les vendre en Algérie, parallèlement au suivi méticuleux et continu du processus de lancement d’une véritable industrie automobile en Algérie, dans les plus brefs délais ».

Le chef de l’Etat a ordonné de « présenter le cahier des charges relatif aux concessionnaires automobiles lors du prochain Conseil des ministres pour en arrêter le contenu avant la fin 2022 ».

Hier soir, le ministre de l’Industrie de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, déclaré que la date d’entrée en vigueur de la décision d’importation des véhicules « dépendait du parachèvement des dispositions organisationnelles avec le ministère des Finances concernant les procédures douanières et autres ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine