HomeActualitéNationalEngrais : l'Etat soutient les prix à 50%

Engrais : l’Etat soutient les prix à 50%

L’Etat a décidé de soutenir les prix des engrais pour la campagne agricole 2022-2023. Le taux de ce soutien est de 50%, selon un courrier daté du 3 octobre en cours émanant du Secrétariat général du ministère de l’Agriculture et du Développement rural et adressé aux services agricoles des 58 wilayas.

Dans ce document portant sur « Les nouveaux prix de référence pour le soutien des engrais » consulté par Algérie-Eco, il est indiqué : « Dans le cadre de la campagne agricole 2022-2023, j’ai l’honneur de vous faire part des nouveaux prix des référence soutenus (…) ». Le même document, signé par le chargé des fonctions de Secrétaire général du ministère, a précisé que « le nouveau de taux de soutien est de 50% ».

Selon le tableau explicatif des nouveaux tarifs contenu dans le document, les engrais azotés passeront de 7.473 DA le quintal à 3.737 dinars, les engrais phosphatés passeront de 13.844 dinars à 6 922 DA, les engrais potassiques passeront de 21.000 DA à 10.500 DA, les engrais composés de 11.057 DA à 5.528 DA, les engrais binaires de 11.206 DA à 5.603 DA, les engrais solubles (DA/kg) de 681 DA à 341 DA et les engrais liquides (DA/L) de 2.180 DA à 1.090 DA.

Ces nouveaux prix de référence sont applicables à partir du 9 octobre 022, selon le document, dans lequel il est demandé « d’organiser des séances de vulgarisation pour les agriculteurs afin de les inciter à faire des analyses de sol. »

Pour rappel, en octobre de l’année passée, le ministère de l’Agriculture avait annoncé l’augmentation des prix de référence des engrais subventionnés. Une mesure prise suite à la hausse des prix de ces intrants agricoles sur le marché mondial et son impact sur le marché national.

Lors de son intervention dimanche dernier sur les ondes de la radio chaîne 1, le PDG d’Asmidal (filiale de Sonatrach), Heouaine Mohamed Tahar, a indiqué que le taux d’exploitation des engrais par l’agriculteur algérien demeurait « très faible », relevant que l’agriculteur algérien utilisait 37 kg d’engrais par hectare alors que la moyenne internationale avoisine 140 kg/hectare.

Il a fait savoir que l’Algérie a produit, en matière d’engrais spécialisés, 3 millions tonnes d’urée, 2 millions tonnes d’ammoniaque et 2 millions tonnes de phosphates bruts traités. Soit 7 millions de tonnes.

« La quasi-totalité de cette production est exportée en raison des faibles besoins du marché national », a indiqué M. Heouaine, qui a précisé que « l’Algérie exporte actuellement environ 7 millions de tonnes d’engrais en produits fini et semi-finis ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine