HomeActualitéNationalUn journaliste d'Echourouk placé sous mandat de dépôt

Un journaliste d’Echourouk placé sous mandat de dépôt

Belkacem Haouam, journaliste du quotidien arabophone Echourouk, a été placé jeudi 8 septembre sous mandat de dépôt par le tribunal de Hussein Dey à Alger, rapporte un communiqué du groupe médiatique Echourouk.

L’affaire est liée à un article publié mardi 6 septembre sur le site électronique Echourouk Online et le mercredi 7 septembre 2022 dans le quotidien Echourouk et signé par le journaliste Belkacem Haouam. L’article titrait sur l' »Arrêt immédiat de l’exportation des dattes « Deglet Nour » algérienne ».

La même source a indiqué que le journaliste a été convoqué jeudi par la police judiciaire de la sûreté de Hussein Dey et présenté devant le procureur de la république, puis devant le juste d’instruction, qui l’a placé en détention préventive.

Le groupe médiatique Echourouk a précisé que l’article en question a rapporté les conclusions d’une réunion intersectorielle concernant un dossier exposé par des exportateurs sur l’affaire d’exportations de dattes algériennes.

Démenti du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations

Le même jour, le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations a démenti, dans un communiqué, les fausses informations relayées concernant l’arrêt de l’exportation des dattes algériennes, les qualifiant d’informations « dénuées de tout fondement ».

« Tout ce qui a été mentionné dans cet article est basé sur des informations injustifiées, dénuées de tout fondement et attentatoire à l’économie nationale et à la richesse que recèle le pays », ajoutant que  » la qualité des dattes algériennes est prisée à tous les niveaux internationaux », a indiqué le ministère.

Le ministère regrette « cet attitude non-professionnelle qui repose sur la non-vérification par l’auteur de l’article, de la véracité de ses informations et sa méconnaissance des informations fiables fournies par les services du ministère », soulignant que « les efforts de ces derniers abondent largement dans le sens de la promotion et de l’encouragement des exportations hors-hydrocarbures ».

Face à cette situation, a ajouté la même source, le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, a décidé de prendre toutes les mesures nécessaires à l’encontre de l’auteur de l’article et du journal concerné, dont les poursuites judiciaires devant les juridictions compétentes ».

De son côté, l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) a mis en garde, mercredi dans un communiqué, contre les informations non confirmées qui « pourraient attenter à la réputation du produit algérien et porter préjudice à l’économie nationale », soulignant la nécessité de vérifier la source d’information et sa véracité.

Des lots de dattes originaire d’Algérie objet d’une procédure de rappel en France

Plusieurs médias ont rapporté que des dattes algériennes ont été rappelé en France. « Cet été, à deux reprises, des lots de dattes de la variété Deglet Nour originaire d’Algérie ont fait l’objet d’une procédure de rappel en France », a notamment rapporté TSA qui a précisé que la plus récente a été signalée le 23 août  dernier sur le site du gouvernement français « Rappel conso ». Motif invoqué : la présence d’un pesticide interdit pour le traitement des dattes dans l’Union Européenne, « le diflubenzuron ».

A ce propos, le directeur de l’organisation des marchés et des activités commerciales au ministère du commerce, Ahmed Mokrani, a indiqué que « tous les produits utilisés pour le traitement des dattes, ainsi que pour le traitement des fruits et légumes, font l’objet d’un contrôle strict. Ils ne présentent aucun danger pour la santé », a-t-il dit dans une déclaration à la chaîne Ennahar TV, en ajoutant que le retrait de lots de Deglet Nour des étals en France ne concernait pas uniquement ce fruit et l’Algérie.

Le même responsable a fait état de la hausse des exportations algériennes de dattes entre 2017 (47000 tonnes), 2018 (56000 tonnes), 2019 (58000 tonnes), 2020 (70.000 tonnes) et 2021 (77000 tonnes pour 80 millions de dollars). Selon lui, l’Algérie compte 230 exportateurs de dattes et que les principaux importateurs de ce fruit sont, dans l’ordre, la France, le Maroc, l’Espagne, l’Allemagne, la Russie, les Emirats arabes unis, le Bangladesh, la Belgique et la Mauritanie.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine