HomeLa uneIndustrie pharmaceutique : Plus de 70 % des besoins nationaux en médicaments...

Industrie pharmaceutique : Plus de 70 % des besoins nationaux en médicaments couverts localement

Pus de 70 % des besoins nationaux en médicaments sont couverts par l’industrie pharmaceutique locale, a affirmé lundi à Aïn Defla le ministre du secteur, Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmed.

« A la création de notre ministère en 2020, les besoins nationaux en médicaments étaient couverts localement à hauteur de 52 %, un taux qui, depuis lors, a nettement évolué puisque dépassant à l’heure actuelle les 70 % », a signalé le ministre de l’Industrie pharmaceutique qui animait un point de presse à la fin de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya.

Appelant à fournir d’avantage d’efforts en vue d’encourager la production locale du médicament, il a mis l’accent sur le fait que l’industrie pharmaceutique doit fournir « une valeur ajoutée ». 

« Notre stratégie est des plus claires : il ne s’agit pas de faire une industrie pharmaceutique pour le plaisir d’en faire, mais il faut que cette industrie fournisse une valeur ajoutée, condition sine qua non du développement économique de notre pays et, par ricochet, de la création de postes d’emploi », a-t-il souligné.  

Observant par ailleurs qu’ »aucun pays au monde ne dispose d’une autosuffisance en matière de production de médicaments », il a noté que l’Algérie s’emploie à diminuer de la facture d’importation de médicaments inhérents à un certain nombre de pathologies.

« La facture d’importation annuelle de l’insuline et de certains médicaments relevant de l’oncologie s’élève à 1 milliard de dollars annuellement, un état de fait dont nous nous employons à revoir à la baisse », a-t-il précisé.

Il a, dans ce contexte, noté que les unités de production mises en service ces derniers jours à Constantine, Aïn M’lila et Oran permettront d’avoir une autosuffisance dans les médicaments relevant de certains types d’oncologie.

A l’entame de sa visite, le ministre de l’Industrie Pharmaceutique a procédé à l’inauguration, à Khémis Miliana, du nouveau centre logistique d’AT Pharma, filiale du groupe Hydrapharm.

Dénommé « Abderrahmane Rekkache », en hommage à l’un des tous premiers collaborateurs du groupe, ayant grandement contribué à son essor pendant plus de dix ans, et qui est décédé en 2011, ce centre, s’étalant sur plus de  10200 m2, et représentant un investissement de 850 millions de dinars, a été réalisé aux standards internationaux du secteur.

Premier de cette envergure, ce centre vient consolider d’avantage l’activité de distribution, et renforce l’ancrage de Hydrapharm dans la région de Aïn Defla.

« L’ancrage du Groupe Hydrapharm dans la région de Aïn Defla a également donné lieu à une collaboration accrue avec l’université de Khemis Miliana à travers la mise en place de filières Master en Génie pharmaceutique, Chimie pharmaceutique et Génie de l’environnement », se sont, par ailleurs, félicités les responsables du Groupe.

A la fin de sa visite, le ministre a tenu une réunion avec les cadres de son secteur en vue de booster la production pharmaceutique locale.            

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine