HomeEntreprises-ManagementPlantes aromatiques: l’international Perfume Foundation installe sa filiale en Algérie

Plantes aromatiques: l’international Perfume Foundation installe sa filiale en Algérie

L’international Perfume Foundation (IPF), organisation pour défendre la parfumerie naturelle, vient de lancer sa filiale en Algérie dans l’objectif de développer davantage la filière des plantes à parfums aromatiques et médicinales (PAM) notamment à travers la formation des producteurs et la certification de leurs produits, rapporte l’agence officielle APS.

« Le lancement de l’IPF Algérie nous permettra de développer davantage la filières des huiles essentielles locales destinées à la parfumerie et au cosmétique naturels et cibler des marchés internationaux, notamment la Chine, les Etats-Unis et les pays du Golf », a déclaré le président de l’IPF Algérie, Allalou Hamdane, lors de la cérémonie d’installation qui s’est déroulée au siège de la Confédération des industriels et producteur algériens (CIPA), en présence des acteurs et des experts de la filière des plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PAM).

« Notre objectif consiste également à faire de l’Algérie une plateforme pour la relance de ce créneau dans la région MENA, en associant les industriels, les forestiers et le monde agricole », a-t-il ajouté, en soulignant les potentialités du pays qui recèle plus de 3000 espèces végétales et 600 plantes médicinales.

Pour sa part, le président de la CIPA, Abdelwahab ziani, a affirmé que l’installation de la filière IPF Algerie permettra de « tracer les routes du parfum de l’Algérie » avec des compétences nationales et étrangères et de relancer ce secteur qui a toujours existé dans le pays.

« D’autant plus qu’il s’agit d’un créneau porteur qui peut générer un million de poste d’emplois et des rentes financières considérables pour l’Etat », a-t-il fait valoir.

Il a également estimé que le développement de cette filière passe par la coordination et l’organisation des différents acteurs du secteur, notamment les producteurs, les distillateurs et les cueilleurs.

Pour sa part, la représentante de ce réseau mondial (IPF), Creezy Courtoy, a souligné le rôle de sa fondation dans la croissance de ce créneau, notamment à travers sa mission qui consiste à former et certifier les producteurs du secteur qui utilisent la parfumerie naturelle botanique.

« C’est ce qui nous a permis d’ailleurs de développer un réseau de professionnel défendant les principes de la durabilité des ressources », s’est-elle félicitée.

Par ailleurs, les experts et les professionnels de la filière des plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PAM) qui ont pris part à cet événement ont appelé à la mise en place de mesures efficaces pour lutter contre l’exploitation anarchique des plantes.

Les intervenants ont convergé sur la nécessité d’élaborer une cartographie des plantes existantes à travers tout le territoire national et la mise en place des conditions et des normes d’exploitation de cette ressources.

« L’objectif c’est de permettre une exploitation durable de cette richesse diversifiée », a souligné Ouahid Zanddouche, chercheur à l’Institut national de la recherche forestière (INRF).

Dans cette perspective, il a suggéré l’élaboration d’une liste exhaustive d’espèces à domestiquer au niveau des pépinières et des zones forestières adaptées à chaque espèce.

Il a également insisté sur la nécessité d’établir des normes d’exploitation de ces plantes afin d’assurer leur durabilité dans leur milieu naturel ainsi que la formation des exploitants sur les bonne pratiques de récolte.

Dans ce sens, il a prévenu qu’en dehors du liège et de l’alfa, l’exploitation des plantes en Algérie reste « anarchique », le végétal étant souvent arraché à même le sol avec ses racines ce qui entraîne des conséquences désastreuses sur la végétation.

« Les plantes médicinales qui y poussent à même le sol à l’état sauvage disparaissent rapidement et souvent pour toujours », a-t-il regretté.

APS

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine