HomeénergieSonatrach : Application des techniques satellitaires pour l’estimation des volumes de gaz...

Sonatrach : Application des techniques satellitaires pour l’estimation des volumes de gaz torchés

S’inscrivant dans le cadre de ses politiques de réduction de l’empreinte carbone et de valorisation de la recherche, Sonatrach, en collaboration avec l’Agence Spatiale Algérienne (ASAL), a franchi un pas important en matière d’estimation des volumes des gaz torches à travers l’outil satellitaire, annonce ce dimanche un communiqué du groupe pétrolier et gazier.

« Cette collaboration a pour objectif de permettre une meilleure estimation des résultats obtenus par Sonatrach en matière de réduction du torchage de gaz et plus globalement de la baisse de l’empreinte carbone induite par ses activités », explique-t-on.

En effet, selon la même source, les chercheurs de l’ASAL ont mis en œuvre une méthodologie pour l’estimation des volumes des gaz torchés à partir de l’exploitation des images nocturnes dans le visible et l’infrarouge du capteur VIIRS embarqué sur le satellite météorologique Suomi NPP. « Cette méthodologie a été gratifiée et publiée dans la revue scientifique de rang A : “Remote Sensing » du Multidisciplinary Digital Publishing Institute (MDPI), le 10 mai 2022″, précise-t-on dans le communiqué.

Et d’ajouter : « Les résultats obtenus par l’ASAL démontrent une cohérence avec les volumes mesurés au sol par Sonatrach et ce, en comparaison avec ceux publiés par d’autres organismes et qui présentent des écarts significatifs des volumes constatés liés, selon l’étude menée par l’ASAL, au coefficient de calibration non actualisé et ne tenant pas compte des évènements particuliers de torchage (arrêts, démarrages, déclenchements…). »

La précision de cette méthodologie, développée par l’ASAL, repose sur la « détection automatique de la flamme des gaz torchés sur les images satellitaires VIIRS », associé à l’application des techniques de « démélange spectral » visant à travailler sur les spectres « purs » des flammes de torchères et sur la « calibration des volumes de la chaleur rayonnante ».

Pour Sonatrach, « le fruit de cette recherche collaborative soutient ses efforts dans le domaine de la protection de l’environnement pour atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions des gaz à effet de serre à l’horizon 2030. »

« Cette recherche collaborative marque davantage la confiance de Sonatrach placée dans les chercheurs algériens qui l’accompagnent dans l’amélioration continue de ses performances », conclut le communiqué.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine