HomeénergieIndustrie pétrochimique : atteindre 5 milliards de dollars d'exportations à moyen terme

Industrie pétrochimique : atteindre 5 milliards de dollars d’exportations à moyen terme

Le ministre de l’Energie et des mines, Mohamed Arkab a indiqué, jeudi, que le ministère a tracé plusieurs objectifs dans le domaine de l’industrie pétrochimique, dont celui d’atteindre 5 milliards de dollars d’exportations à moyen terme, contre 1,2 milliard de dollars actuellement, indique un communiqué du ministère.

Les déclarations du ministre de l’Energie sont intervenues lors de la cérémonie de signature d’un contrat entre le groupe Sonatrach et le groupe chinois CNTIC/LPEC pour la réalisation d’un complexe de production de Methyl Tert-Butyl Ether (MTBE), utilisé comme additif pour la fabrication de l’essence sans plomb, un carburant dont l’usage a été généralisé en Algérie depuis 2020, ajoute le communiqué, repris par l’agence APS.

Lors de la cérémonie de signature qu’il a présidée au siège de la direction générale du groupe Sonatrach, en présence du P-dg de Sonatrach et du directeur général de la Banque nationale d’Algérie (BNA), le ministre de l’Energie a affirmé que parmi les objectifs fixés par le secteur à moyen terme, la transformation de plus de 50% de la production préliminaire d’hydrocarbures contre 32% actuellement, la création de 4000 postes d’emploi supplémentaires directs et l’exportation de 5 milliards de dollars, contre 1,2 milliard de dollars actuellement, outre l’augmentation de la valeur ajoutée ».

M.Arkab a souligné que le développement de l’industrie pétrochimique « est l’une des principales options adoptées pour la réalisation de cet objectif », précise le document.

Concernant la réalisation du complexe de production du MTBE, le ministre a affirmé que ce projet contribuera « à la valorisation du méthanol produit par le complexe CP1Z, en l’utilisant comme produit intermédiaire de production+MTBE+, au développement du savoir-faire algérien dans ce domaine, à la création de postes d’emploi et à la promotion de la sous-traitance nationale ».

Il a ajouté que ce projet financé à hauteur de 70% par la BNA s’inscrit dans le cadre de la valorisation des ressources naturelles que recèle l’Algérie de manière générale et le secteur des hydrocarbures en particulier. Il s’agit, a-t-il dit, d’un axe essentiel dans le plan de relance économique arrêté par le Gouvernement début 2020.

Le ministre a exprimé « son appui total à la réalisation de ce projet dans les délais fixés soit en 2025 », conclut le document.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine