AccueilénergieProjet Solar 1.000 MW : une production électrique de 2200 GWh/an dans...

Projet Solar 1.000 MW : une production électrique de 2200 GWh/an dans un premier temps

- Advertisement -

Le projet Solar 1.000 MW permettra, dans un premier temps, de produire près de 2.200 gigawattheures (GWh) d’énergie électrique par an, avec un taux de contenu local de pas moins de 30%. C’est ce qu’a indiqué ce samedi à Laghouat le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Benattou Ziane.

La première étape de ce projet permettra de créer jusqu’à 5.000 emplois directs et de maintenir plus de 550 millions de M3 de gaz naturel/an, soit « 100 millions de dollars/an au minimum », a-t-il précisé dans son allocution d’ouverture d’une journée d’information sur la promotion du contenu local dans le cadre du projet Solar 1.000 MW, rapporte l’agence APS.

The graduate Fair

Ce projet permettra de placer l’Algérie « dans une position mondiale très avancée en matière de respect des engagements internationaux liés à la question des changements climatiques» et de préserver les ressources et les capacités financières et économiques du pays, a-t-il dit, ajoutant que le projet permettra d’éviter 1,3 million de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone/an, ce qui représentera, en termes d’évaluation financière, un gain de 70 millions de dollars. 

Ce projet ambitieux permettra, entre autres, de «promouvoir, de développer et de diversifier le développement économique durable et intégré associant dimensions locale et sociale dans la relance de l’économie nationale, hors hydrocarbures», a-t-il soutenu. 

Cette rencontre intervient un mois avant la date d’ouverture des plis des offres pour la réalisation des 1.000 MW, qui constitue la première étape du programme d’action du gouvernement, et ce en application du programme du président de la République.

Le ministre a également relevé la nécessité de concrétiser sur le terrain une transition énergétique «adaptée aux spécificités nationales» pour soutenir les activités du capital national résident, expliquant que les normes du contenu local avaient été intégrées dans le cahier des charges des investisseurs afin d’encourager et de favoriser le développement de l’industrie locale dans le segment de l’énergie solaire photovoltaïque.

Le ministère attache, ajoute-t-il, «un intérêt tout particulier» aux préoccupations des industriels et artisans nationaux activant dans ce domaine, et s’emploie à les accompagner et à les encourager à mettre leurs produits et services en conformité avec les normes techniques et financières internationales en vigueur, en s’assurant du fonctionnement optimal de la centrale solaire tout au long de la durée du contrat d’achat-vente de l’électricité, à savoir 25 ans.

Par ailleurs, M. Ziane a rappelé que les services de son département ministériel avaient participé au premier appel d’offres à investisseurs, ciblant un taux de 30% de contenu local exigé.

Ce taux permettra le lancement et le développement d’une filière spécialisée, ce qui hissera le taux de contribution au contenu local dans les prochaines étapes au cours desquelles seront atteints les 14.000 mégawatts prévus, a-t-il conclu.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine