HomeénergieHausse des prix du gaz algérien à l’export : la réaction du...

Hausse des prix du gaz algérien à l’export : la réaction du gouvernement espagnol

La troisième vice-présidente du gouvernement et ministre de la Transition écologique et du Défi, Teresa Ribera a admis que l’Algérie va augmenter le prix du gaz vers l’Espagne, ont rapporté jeudi dernier plusieurs médias espagnols.

Toutefois, la responsable espagnole voit l’approvisionnement « assuré ». En effet, la ministre de la Transition écologique est confiant que la hausse appliquée par Sonatrach sera « modérée » et affirme que la révision du contrat a débuté en octobre dernier.

La responsable espagnole a souligné que les négociations entre les entreprises espagnoles et Sonatrach « prennent généralement beaucoup de temps », même si elle espère que « dès que possible » les conditions commerciales dans lesquelles le prix du gaz est fixé pourront être conclues.

Teresa Ribera a indiqué que l’Algérie, à travers sa société d’État Sonatrach, avait l’intention d’augmenter les prix du gaz en Espagne, et a confié que ladite augmentation était « modérée ».

« L’intention de Sonatrach est d’augmenter les prix, mais cela dure depuis octobre, car elle comprend que les prix sont bien inférieurs au prix auquel le gaz était coté sur les marchés internationaux », a déclaré Ribera à TVE, et espère que l’augmentation des prix sera « modérée ».

Pour l’Espagne, il est « fondamental » d’entretenir « d’excellentes relations » avec le Maroc et l’Algérie.

À la question de savoir si la position du gouvernement par rapport au Sahara occidental pourrait nuire à l’approvisionnement en gaz de l’Algérie, le troisième vice-président a assuré qu’il est « essentiel » pour l’Espagne d’avoir une « excellente relation » avec le Maroc et l’Algérie et a déploré qu’il n’y ait pas toujours une « relation fluide » entre ces deux pays.

« La relation avec l’Algérie, qui est un pays fiable et qui respecte ses engagements, nous semble assurée pour ge qui est de l’approvisionnement en gaz conformément aux besoins et aux conditions que l’Espagne achète depuis longtemps », Ribera a ajouté que la confiance de l’Espagne dans le respect de ses engagements par l’Algérie est « totale ».

La troisième vice-présidente a expliqué qu’en octobre de l’année dernière, la révision des prix du gaz avait commencé entre la société de fourniture algérienne Sonatrach et les sociétés énergétiques espagnoles, une opération entre entreprises qu’elle a définie comme « strictement commerciale », mais « pas entre gouvernements ». « 

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine