HomeActualitéNationalAlgérie-Chine : convergence de vues concernant les questions d'intérêt commun

Algérie-Chine : convergence de vues concernant les questions d’intérêt commun

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra et son homologue chinois, Wang Yi se sont félicités de la convergence de vues concernant les questions d’intérêt commun dont la question du Sahara Occidental, et du soutien mutuel indéfectible aux questions inhérentes à leurs intérêts fondamentaux et à leurs préoccupations majeures.

Lors de la visite de travail et d’amitié qu’effectue M. Lamamra en République populaire de Chine du 19 au 21 mars, à l’invitation de son homologue chinois, les deux parties ont échangé les vues de manière approfondie sur les relations algéro-chinoises et les questions régionales et internationales d’intérêt commun, lit-on dimanche dans la déclaration commune.

https://twitter.com/Algeria_MFA/status/1505570773850804231?s=20&t=kqyQXanRMd_Npa9tFry0og

Les deux parties ont souligné «la profondeur historique et le caractère stratégique global des relations algéro-chinoises» et exprimé «leur volonté de développer davantage les relations de partenariat stratégique global entre l’Algérie et la Chine au mieux des intérêts des deux pays».

Ils ont également réaffirmé leur attachement au soutien mutuel indéfectible concernant les questions inhérentes à leurs intérêts fondamentaux et à leurs préoccupations majeures.

« la Chine unique »

La partie algérienne a exprimé, dans ce sens, son attachement au principe de «la Chine unique» et son soutien à la position chinoise à l’égard des questions relatives aux droits de l’Homme, au Xinjiang et à Hong Kong, soulignant «la nécessité  de veiller à éviter leur politisation ou utilisation comme moyen de pression dans les relations internationales».

La partie chinoise a félicité de son côté la partie algérienne, à l’occasion de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, exprimant «le soutien de la Chine aux efforts de l’Algérie visant à préserver sa sécurité nationale et sa stabilité». Elle a également salué «l’approche de développement adoptée par l’Algérie pour une relance économique globale».               

Les deux parties ont convenu de «renforcer l’harmonisation entre les stratégies de développement des deux pays de manière globale tout en approfondissant la coopération au service des deux peuples».

Selon la déclaration, les deux parties ont annoncé avoir abouti à un consensus sur «le plan exécutif pour la concrétisation conjointe de l’initiative de la Ceinture et de la Route», qui sera signé «dans les plus brefs délais».

Dans ce sens, la partie algérienne a salué les «avantages» de cette initiative qui tend à «consacrer les valeurs de coopération dans le cadre de la solidarité et du partage des bénéfices et acquis».

De son côté, la partie chinoise a salué le soutien de l’Algérie à l’initiative de développement mondial et son adhésion au «groupe des amis de l’initiative de développement mondial», sachant qu’elle compte parmi les premiers membres de ce groupe.

Cause palestinienne

Par ailleurs, les deux ministres ont insisté sur «le règlement de la cause palestinienne conformément aux résolutions de la légalité internationale consacrant le droit du peuple palestinien à l’établissement d’un Etat indépendant sur les frontières de 1967 avec pour capitale Al-Qods dans l’objectif d’instaurer la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient dans le cadre du respect mutuel et des principes de justice et d’équité et de parvenir à un règlement politique et pacifique des autres crises dans la région, souligne le document.

La partie chinoise a félicité l’Algérie qui abritera le prochain Sommet arabe en 2022, exprimant son appui au «rôle positif de l’Algérie à la tête du Conseil de la Ligue arabe au niveau du Sommet notamment dans le renforcement de l’action arabe commune et face aux défis actuels que doit relever le groupe arabe dans plusieurs domaines».

La Chine a salué «la contribution de l’Algérie au renforcement de la coopération collective entre les pays arabes et la Chine, notamment la préparation du prochain sommet sino-arabe», exprimant son appui au rôle «constructif et axial» de l’Algérie sur les scènes régionale et internationale.

Pour sa part, la partie algérienne a remercié la Chine pour son soutien permanent à la cause arabe juste, pour ses initiatives et propositions ainsi que pour ses efforts visant à trouver une solution juste et durable aux questions du Moyen-Orient», aspirant à un rôle plus important de la Chine dans la préservation de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la région.

M. Lamamra et son homologue chinois ont mis l’accent sur l’importance d’un partenariat stratégique global entre l’Afrique et la Chine et du soutien aux efforts du continent pour la réalisation de ses objectifs de développement communs conformément à l’agenda 2063, outre le règlement définitif des crises qui menacent la paix, la sécurité et la stabilité dans le cadre des principes fondamentaux de l’Acte constitutif de l’UA et la cristallisation de solutions africaines aux problèmes du continent.

A ce propos, la partie chinoise a mis en avant le rôle «positif» de l’Algérie dans le renforcement de la stabilité et du développement dans la région du Sahel ainsi que le règlement pacifique des crises notamment en Libye et au Mali, outre ses efforts pour l’activation de la zone de libre échange africaine (ZLECAF) ainsi que ses efforts dans le cadre de l’exécution de son mandat en tant que coordonnateur de l’UA pour la prévention contre le terrorisme et l’extrémisme violent et la lutte contre la propagation de ce fléau dans le continent africain.

Sahara occidental et Ukraine

Concernant la question du Sahara Occidental, les deux parties ont affirmé leur soutien aux «efforts visant à parvenir à une solution durable et juste dans le cadre de la légalité internationale, notamment les résolutions pertinentes des Nations Unies».

Les deux parties ont appelé à «l’intensification de la coopération et de la coordination dans les questions internationales multilatérales, l’attachement au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des pays, et au renforcement continu de la démocratie dans les relations internationales, outre la résolution des conflits à travers le dialogue et les moyens pacifiques», soulignant la «nécessité de préserver le système des Nations unies et les règles fondamentales des relations internationales fondées sur les principes et les objectifs de la Charte onusienne».

Concernant la question ukrainienne, les deux parties ont appelé au «respect des objectifs et principes de la Charte des Nations Unies, de la souveraineté des Etats et de intégrité territoriale, en restant attaché au principe d’indivisibilité de la sécurité et en tenant compte des préoccupations sécuritaires raisonnables des parties concernées. Ils ont souligné la nécessité de s’engager à résoudre les conflits pacifiquement par le dialogue et la négociation, et à ne pas faire usage de sanctions unilatérales qui sont contraires au droit international et préjudiciables aux peuples des pays. 

La nécessité d’alléger les conséquences humanitaires qui peuvent en découler a été également soulignée. Les deux parties veilleront également au déploiement des efforts conjoints à cet égard, conclut la déclaration.

APS

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine