HomeActualitéNationalL'Algérie a besoin de 2 millions de vaches laitières pour cesser l'importation...

L’Algérie a besoin de 2 millions de vaches laitières pour cesser l’importation de poudre de lait

L’Algérie a besoin de deux millions de vaches laitières pour pouvoir couvrir tous ses besoins en lait et cesser d’importer la poudre de lait, a indiqué le président du Conseil national interprofessionnel de la filière lait (CNIFL), Azzedine Tamni.

S’exprimant lors du Forum algérien du lait, organisé par le think tank « Filaha Innov », en marge de la 20e édition du Salon international de l’agriculture, de l’élevage et des agro-industries à Alger, M. Tamni, cité ce jeudi par l’agence APS, a expliqué que les besoins de l’Algérie sont actuellement estimés à 4,5 milliards litres de lait par an.

La production de cette quantité permettra d’arrêter « complètement » l’importation de la poudre de lait, a-t-il estimé, en précisant que cela nécessite la disponibilité de deux millions de vaches laitières, contre 908.000 têtes actuellement. Il a ajouté que pour disposer de deux millions de vaches laitières, il faut plus de 200.000 hectares de terres agricoles irriguées destinées à la culture fourragère.

Selon les chiffres présentés par le président du conseil interprofessionnel, la quantité de production locale de lait de vache est estimée à 2,5 milliards de litres par an, dont 814 millions de litres sont destinés aux produits laitiers et plus de 750 millions de litres sont destinés aux ménages, tandis que le reste est orienté vers la transformation domestique ou vers de petites activités non déclarées.

La quantité totale de lait frais (chèvres, vaches, chamelles) produite localement est de 3,5 milliards de litres par an.

Le responsable a estimé que la facture d’importation de poudre de lait peut être réduite de plus de 50%, d’ici 2025, si une stratégie « efficace » venait à être adoptée pour développer la filière de production locale de lait frais.

S’agissant des obstacles qui entravent le développement de la production locale de lait frais, M. Tamni a notamment évoqué le prix du lait subventionné produit à base de poudre de lait importée (25 DA) qui concurrence le prix du produit local qui oscille entre 60 à 80 DA.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine