Homeéconomie numériqueAlgérie : 80% des transactions électroniques sont des retraits d'argent

Algérie : 80% des transactions électroniques sont des retraits d’argent

La loi sur la monnaie et le crédit, en cours d’amendement, prévoit des nouvelles mesures encourageant le paiement électronique en Algérie.

C’est ce qu’a annoncé, ce mercredi à Alger, le vice-gouverneur de la Banque d’Algérie (BA), Mouatassem Boudiaf, lors d’une Journée d’études organisée par le Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (CARE), sous le thème : « Quelle finance digitale pour l’Algérie ».

« Nous allons apporter l’ancrage juridique et réglementaire nécessaire à l’émergence de prestataires de services en matière de paiement électronique », a indiqué M. Boudiaf, selon l’agence APS.

Le vice-gouverneur de la BA a souligné, dans le même sens, qu’il y avait un « énorme » effort à faire pour gagner la confiance des citoyens et les inciter à utiliser les moyens de paiement électronique.

A ce propos, M. Boudiaf a fait constater que la majorité des détenteurs de Carte interbancaire (CIB) ou Edahabia d’Algérie Poste utilisent leurs cartes uniquement pour le retrait. « En revanche, ils préfèrent utiliser le cash dans leurs transactions de paiement », a-t-il poursuivi.

80% des transactions électroniques sont des retraits d’argent

Chiffre à l’appui, le nombre des comptes dépassent les 23,6 millions au niveau d’Algérie Poste et 14 millions au niveau des banques : « Les chiffres sont considérables, mais ce n’est pas pour autant que ces gens utilisent l’instrument de paiement électronique », a-t-il fait remarquer.

D’après les chiffres avancés par M. Boudiaf, 80% des opérations de transactions électroniques en Algérie sont des retraits d’argent, alors que le taux d’utilisation des cartes bancaires pour le paiement n’excède pas les 6%.

« Plus de 1.000 milliards de dinars sont retirés en espèces chaque année au niveau d’Algérie Poste », soutient-il.

« Il faut analyser ce problème du point de vue social, car nous sommes en plein mutation civilisationnelle », a-t-il recommandé, en affirmant qu’il était nécessaire de gagner d’abord la confiance des particuliers et commerçants.

Pour ce faire, il faut réunir toutes les conditions permettant d’assurer le fonctionnement des instruments de paiement électronique de manière « continue et absolue », avance-t-il.

Articles associés
Groupe des Sociétés Hasnaoui, Batimatec 2022

Fil d'actualité

Articles de la semaine