HomeénergieLe pétrole franchit la barre des 130 dollars

Le pétrole franchit la barre des 130 dollars

Les États-Unis ont confirmé qu’ils étaient en pourparlers avec leurs alliés européens en vue de sanctionner potentiellement le pétrole brut russe en réponse à l’agression continue de Moscou en Ukraine, ce qui a fait passer brièvement les prix du pétrole au-dessus de 130 dollars, s’approchant inexorablement de leurs records absolus.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a déclaré dimanche lors de l’émission Meet the Press de la chaîne NBC : « Nous sommes actuellement en pourparlers très actifs avec nos partenaires européens en vue d’interdire l’importation de pétrole russe dans nos pays, tout en maintenant bien sûr un approvisionnement mondial régulier en pétrole.« 

Les dernières considérations font suite à un flot de sanctions qui ont déjà eu un impact significatif sur l’économie russe, mais qui n’ont pas encore été en mesure d’arrêter l’avancée de Poutine en Ukraine.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von Der Leyen, n’a pas encore pleinement soutenu l’idée, bien qu’elle ait exprimé que l’un des principaux objectifs des sanctions qui ont été imposées jusqu’à présent est de couper les flux de financement de Poutine.

La présidente de la Commission européenne a déclaré sur CNN : « L’objectif est d’isoler la Russie et de rendre impossible à Poutine de financer ses guerres« , ajoutant : « Pour nous, il y a maintenant une stratégie forte pour dire que nous devons nous débarrasser de la dépendance des combustibles fossiles de la Russie« .

Cette mesure, si elle fait l’objet d’un accord, a longtemps été considérée comme « l’option nucléaire », car une interdiction du pétrole russe pourrait peser sur l’offre mondiale dans un marché déjà tendu.

Les analystes de Bank of America ont noté que si le pétrole russe est coupé, le marché pourrait être confronté à un manque de 5 millions de barils, ce qui pourrait pousser les prix du pétrole à 200 dollars le baril. La situation est aggravée par l’impasse dans laquelle se trouvent les négociations avec l’Iran sur un éventuel nouvel accord nucléaire.

Amrita Sen, cofondatrice d’Energy Aspects, un groupe de réflexion, a expliqué : « L’Iran était le seul véritable facteur baissier qui pesait sur le marché, mais si l’accord iranien est maintenant retardé, nous pourrions atteindre le fond du baril beaucoup plus rapidement, surtout si les barils russes restent longtemps hors du marché« .

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine