HomeActualitéNationalPoudre de lait : l'importation a coûté 600 millions de dollars en...

Poudre de lait : l’importation a coûté 600 millions de dollars en 2021

L’Algérie a importé près de 200.000 tonnes de poudre de lait en 2021. Le coûté de ces quantités importées s’est élevé à 600 millions de dollars.

C’est ce qu’a fait savoir, lundi 21 février, le directeur général de l’Office national interprofessionnel du lait (ONIL), Khaled Soualmia, lors d’une séance d’audition organisée par la commission de l’agriculture, de la pêche et de l’environnement au parlement.

L’office importe 46 % des besoins nationaux en poudre de lait, alors que les usines privées importent 54 %. « Les usines sont légalement responsables de l’opération de collecte (de lait cru, ndlr) pour pouvoir bénéficier de la poudre de lait subventionnée, ce qui l’oblige à collecter le maximum », a expliqué M. Soualmia, selon l’agence APS.

A ce propos, il a déclaré que l’ONIL compte limiter les quantités de lait cru collecté par les laiteries, en contrepartie de l’obtention de la poudre de lait. L’ONIL assure la poudre de lait aux usines comme complément au lait cru, alors que de nombreuses usines l’utilisent actuellement comme matière première dans la production, a précisé M. Soualmia.

Préparatifs du mois de ramadhan

A une question sur les préparatifs du mois de ramadhan prochain, le DG de l’ONIL a indiqué que les pouvoirs publics ont donné, depuis janvier dernier, leur approbation pour l’ajout d’une part mensuelle de 5000 tonnes de poudre de lait à distribuer aux laiteries durant le premier semestre 2022.

Cette décision a été prise dans le cadre de la commission mixte chargée de la mise en place d’un programme de distribution de la poudre de lait et qui interviendra en cas de pénurie enregistrée dans n’importe quelle wilaya du pays.

La décision permettra d’approvisionner le groupe Giplait en quantités supplémentaires estimée à 500 tonnes/mois, pour anticiper une éventuelle pénurie due à la forte densité de la population et au changement du mode de consommation des citoyens, selon le DG de l’ONIL qui affirme que le groupe a pris ses dispositions concernant la production destinée au mois sacré de ramadhan.

La quantité globale distribuée mensuellement par l’ONIL s’élève à 14.579 tonnes, répartie sur 119 laiteries, dont 15 publiques et 104 privées dans tout le territoire national.

En 2021, une autre laiterie a été ajoutée au programme de la wilaya d’Illizi qui a enregistré auparavant le problème de pénurie.

En 2018 et 2019, une quantité de poudre de lait estimée à 4500 tonnes/mois a été distribuée aux usines sur décision des autorités publiques, une période marquée par une distribution suffisante du lait, a-t-il rappelé.

Développement et soutien à la filière lait

Concernant le développement et le soutien de la filière du lait, le même responsable a évoqué la mise en place de 4 groupes locaux de soutien depuis 2015 à travers 4 wilayas (Souk Ahras, Blida, Relizane et Ghardaïa), dont la mission consiste à prodiguer des conseils aux éleveurs et producteurs de fourrages pour optimiser leur rendement.

Un programme numérisé a été également mis en place pour que l’ONIL puisse réduire les délais d’examen des dossiers relatifs au soutien des agriculteurs, des distributeurs et des laiteries.

Les députés ont appelé à revoir la méthode de distribution des quantités de lait à travers le territoire national et la marge bénéficiaire des distributeurs et des détaillants, ainsi que la subvention du lait qui doit être orientée aux véritables bénéficiaires et à rapprocher les points de vente du consommateur.

Ils ont souligné l’importance de développer l’élevage des vaches laitières et de soutenir les paysans avec les ressources suffisantes notamment hydriques dans le cadre de coopératives leur permettant d’accroître la production du lait cru.

Ils ont également recommandé la révision de la carte de répartition des laiteries conformément aux besoins de chaque wilaya en tenant en compte les nouvelles wilayas.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine