HomeEntreprises-ManagementAutomobile : L'usine Renault Algérie reprend "momentanément" la production

Automobile : L’usine Renault Algérie reprend « momentanément » la production

Après une période d’arrêt d’activité, Renault Algérie Production a annoncé la reprise « momentanément » de l’activité de son usine sise à Oued Tlélat dans la wilaya d’Oran.

« Après une nouvelle période d’arrêt d’activité, l’usine de Renault Algérie Production reprend momentanément la production ; Les équipes sont heureuses de se retrouver et de reprendre le travail », a indiqué le 17 janvier Renault Algérie sur ses réseaux sociaux.

Hier, mercredi 19 janvier, Renault Algérie a indiqué : « Afin de préparer le retour au travail dans les meilleures conditions, M. Rémy HOUILLONS, Directeur Général de Renault Algérie Production a réuni tous les managers, pour leur souhaiter la bienvenue, fixer les priorités et donner les orientations en termes de sécurité et de qualité de l’usine. »

Selon les informations d’Echourouk Online, cette reprise intervient après le déblocage d’une quantité supplémentaire des kits en souffrance au niveau des ports. « Les véhicules qui seront montés sont destinés pour les citoyens qui ont déjà passé des commandes. S’agissant de ceux qui ont annulé leurs commandes, ces voitures seront commercialisées dans les différents showrooms Renault à travers le pays », ont précisé des sources de Renault Algérie Production à Echourouk Online.

En mai dernier, Renault Algérie avait annoncé une reprise « temporaire » de l’activité de son usine, après le déblocage d’une partie des kits en souffrance au port d’Oran. « Renault a payé la TVA et les droits de douane sur les kits dédouanés. Les prix des véhicules seront plus élevés que ceux qui sortaient de l’usine avant l’arrêt des importations des kits SKD/CKD, c’est-à-dire en 2019 », avaient indiqué des responsables de Renault Algérie.

Après avoir effectué le montage des derniers kits pour 4.650 véhicules, Renault Algérie avait annoncé un arrêt technique d’un mois du 11 novembre au 11 décembre 2021, avait rapporté en novembre dernier le journal Liberté.

Le marché automobile algérien est en crise. L’Algérie avait mis fin à l’activité des usines de montage de véhicules au niveau local. Le Gouvernement a décidé de retourner à l’importation de véhicules neufs. Mais, l’octroi des agréments pour les concessionnaires automobiles pour importer les véhicules neuf et alimenter le maché national tarde à venir, ce qui a provoqué une flambée des prix sur le marché d’occasion.

Après la confection de trois cahiers des charges régissant l’activité des concessionnaires automobiles, les agréments pour l’importation de véhicules n’ont toujours pas été délivrés. Début décembre 2021, lors d’une réunion du Conseil des ministres, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait ordonné une révision immédiate du cahier des conditions d’importation des véhicules.

Le Président Tebboune avait également appelé à accélérer l’annonce des concessionnaires automobiles agréés, soulignant l’obligation de fournir un réseau de services après-vente, en région et dans les grandes villes, comme condition d’acceptation de leurs dossiers.

Deux jours plus tard, Le directeur des ressources humaines et des affaires juridiques du ministère de l’Industrie, Bachir Kechroud, a annoncé, sur les ondes de la radio nationale, que le nouveau cahier des charges relatif à l’importation des véhicules sera prêt avant la fin du mois de mars 2022.

Articles associés
Groupe des Sociétés Hasnaoui, Batimatec 2022

Fil d'actualité

Articles de la semaine