HomeActualitéNationalOmicron, opportunité d'une immunité collective ? Dr Derrar s'exprime

Omicron, opportunité d’une immunité collective ? Dr Derrar s’exprime

Le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), Dr awzi Derrar, s’est exprimé sur la situation épidémiologique liée à la Covid-19, notamment la propagation du variant Omicron.

Selon le dernier bilan de l’Institut Pasteur, 145 cas du variant Omicron ont été détectés en Algérie.

Dans un entretien paru dans le journal El Watan de ce mardi 18 janvier 2022, Dr Derrar a jugé « le variant Omicron reste dangereux pour les sujets non vaccinés ». « Il faut que nos chers concitoyens comprennent par là qu’il est fondamental de revenir vers une adhésion massive à la vaccination et un respect strict des mesures barrières afin de rendre les mesures stratégiques plus efficientes », a-t-il dit.

Selon le DG de l’Institut Pasteur, « actuellement, il y a une co-circulation des variants Delta et Omicron. » « Ainsi, à ce jour, le variant Delta représente 67% des variants circulant dans notre pays, tandis qu’au 30 décembre dernier, il représentait 80%, contre 33% pour le variant Omicron qui ne représentait que 10% à la même date », précisé.

« Ce qui est un fait unique depuis l’apparition de la pandémie où deux variants préoccupants circulent en même temps », a-t-il dit, en ajoutant : « Ce qui explique que nous enregistrons toujours des cas graves et des décès qui sont essentiellement le fait du variant Delta. »

« Mais, attention, je dois préciser que la contamination par le variant Omicron chez les personnes non vaccinées, dont le risque de développer des formes graves, est plus élevée comparativement aux personnes correctement vaccinées », a-t-il prévenu.

« Omicron sera prédominant dans une quinzaine de jours »

S’agissant des prévisions quant a pic de cette quatrième vague, le DG l’Institut Pasteur d’Algérie a indiqué que « le variant Omicron sera prédominant dans une quinzaine de jours et sera le variant qui va rythmer la pandémie chez nous par la suite et l’emmener au pic de l’épidémie. »

« Maintenant tout dépendra du taux de couverture vaccinale qui sera déterminant, voire crucial pour la sortie de cette crise. Il faut savoir que ce virus vivra avec nous des années et des années, d’où l’importance de cette vaccination qui nous permettra de contrôler cette infection virale pour les prochaines années et réduire sa morbi-mortalité, notamment les sujets à risque qu’il faudra probablement vacciner par des doses de rappel, comme la grippe », a-t-il expliqué.

« C’est le meilleur scénario que l’on peut espérer. Alors prenons nos responsabilités, dès maintenant, et vaccinons-nous massivement, afin rendre les voyants au vert le plus vite possible », a-t-il ajouté.

Omicron, opportunité d’une immunité collective ?

A une question de savoir si le variant Omicron peut constituer l’opportunité d’une immunité collective et la fin de la pandémie, comme l’affirme de nombreux chercheurs et épidémiologistes, Dr Derrar a répondu : « Ces hypothèses avancées par les scientifiques sont peut être possibles, mais à condition que les taux de couverture vaccinale soient élevés, auxquels s’ajoutera une capacité de défense post-infectieuse qui renforcera cette immunité. »

« Ce qui pourrait être suffisant pour prévenir les formes graves de la maladie et qu’il va falloir renforcer avec des rappels pour maintenir un niveau d’immunité important et continuer à respecter certaines mesures sanitaires en cas de vague », a ajouté le DG de l’IPA.

Interrogé sur le risque d’apparition de nouveaux variants favorisés par l’Omicon, comme le redoute certains d’autres spécialistes, Dr Derrar a indiqué : « Mais je ne dirais pas que l’apparition d’autres variants sera favorisée par l’Omicron. J’ai bien souligné (…) qu’au 23 décembre 2021, personne ne pouvait prévoir la trajectoire prise par la pandémie avec l’Omicron au moment où beaucoup de variants existent dans le monde aussi (variants sous surveillance VUI). »

« Rappelez-vous toujours, plus le SARS-CoV-2 circulera, plus la probabilité d’apparition de nouveaux variants est élevée. C’est pourquoi, nous insistons sur les bienfaits de la vaccination avec des taux de couverture satisfaisants », a-t-il dit, en ajoutant : « Ce qui impactera directement sur l’évolution du virus tout en maintenant les mesures de freinage dans la communauté, comme le port de masque obligatoire, pass sanitaire respecté et distanciation. Ce sont ces moyens de prévention, à eux seuls, qui permettront de diminuer à coup sûr la diffusion et la circulation virales communautaires. »

Articles associés
Groupe des Sociétés Hasnaoui, Batimatec 2022

Fil d'actualité

Articles de la semaine