La demande de pétrole dépassera les niveaux de 2019 d’ici mars 2022 (JP Morgan)

La demande de pétrole dépassera les niveaux de 2019 d'ici mars 2022 (JP Morgan)

La banque américaine JP Morgan a indiqué, ce mercredi, que la demande mondiale de pétrole devrait se renforcer et dépasser les niveaux de 2019 d’ici mars 2022 avec la réouverture des pays et la reprise de l’activité économique, rapporte l’agence Reuters.

La holding financière prévoit que la demande mondiale de pétrole augmentera de 3,5 millions de barils par jour (bpj) en 2022 pour atteindre 99,8 millions de bpj, avec 280.000 bpj de plus que les niveaux de 2019. « Malgré le rythme rapide de la croissance, ce n’est qu’en juillet 2023 que l’offre américaine devrait revenir aux volumes d’avant la COVID – trois ans après les prix négatifs du WTI – laissant l’OPEP+ (l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés) fermement aux commandes », selon la note.

Une moyenne de 88 dollars le baril en 2022

La banque s’attend également à ce que les prix du pétrole Brent s’établissent en moyenne à 88 dollars le baril en 2022, à 82 dollars le baril en 2023 et à ce qu’ils dépassent 90 dollars le baril au cours du troisième trimestre de 2022.

Mardi, les États-Unis ont déclaré qu’ils allaient libérer des millions de barils de pétrole de leurs réserves stratégiques, en coordination avec la Chine, l’Inde, la Corée du Sud, le Japon et la Grande-Bretagne, pour tenter de refoidir les prix après que les producteurs de l’OPEP+ ont ignoré à plusieurs reprises les appels à fournir davantage de brut.

Le pétrole cède un peu de terrain ce mercredi

Les prix du pétrole cédaient un peu de terrain mercredi alors que les annonces de libération de stocks stratégiques de brut se multiplient chez les principaux pays consommateurs, rapporte l’agence AFP.

Vers 11H05 GMT (12H05 HEC), le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier cédait 0,40%, à 81,98 dollars. A New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le même mois perdait 0,28% à 78,28 dollars. Le Brent et le WTI ont respectivement grimpé de 3,27% et 2,22% la veille, un mouvement paradoxal après l’annonce par la Maison Blanche d’un relâchement de 50 millions de barils de brut dans le but de faire baisser les prix.

La Chine va puiser dans ses réserves de pétrole

La Chine a annoncé mercredi qu’elle allait, elle aussi, puiser dans ses réserves de pétrole afin de faire baisser les cours. Pékin n’a cependant pas précisé quand ces prélèvements auraient lieu ni quelle quantité de pétrole le gouvernement envisageait de mettre sur le marché. Avec l’Inde, la Corée du Sud et le Royaume-Uni, le total injecté sur le marché serait de l’ordre de 65 à 70 millions de barils, estime Helima Croft, de RBC.

Les investisseurs surveillent également de près l’état des stocks commerciaux aux Etats-Unis. Selon la fédération des entreprises pétrolières aux Etats-Unis, l’American Petroleum Institute (API), ceux de brut ont augmenté de 2,3 millions de barils la semaine dernière. Les investisseurs attendent désormais la publication des données de l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA), jugées plus fiables.

Les cours du gaz en hausse

Les cours du gaz étaient à la hausse, encouragés par « un souffle arctique qui apporte de la neige en Europe et les tensions entre l’Union européenne (UE) et la Russie » à la frontière ukrainienne, pointe Ipek Ozkardeskaya, de Swissquote Bank.

Ces derniers jours, les Etats-Unis, l’Otan et l’UE n’ont cessé d’exprimer leur inquiétude concernant des mouvements de troupes russes autour de l’Ukraine, théâtre depuis 2014 d’un conflit entre Kiev et des séparatistes pro-russes dans l’Est. Moscou a nié toute volonté belliqueuse, rejetant la responsabilité des tensions sur les Occidentaux, auprès desquels Kiev a affirmé vouloir acheter davantage d’armes « défensives ».

Le cours européen de référence, le TTF néerlandais, gagnait vers 11H10 GMT 0,27% à 91,17 euros le mégawattheure (MWh), et près de 5% sur les trois dernières séances.

Algérie-Eco avec AFP et Reuters