AccueilLa uneCorruption : nouvelles révélations sur des pots-de-vin versés par SNC-Lavallin en Algérie

Corruption : nouvelles révélations sur des pots-de-vin versés par SNC-Lavallin en Algérie

- Advertisement -

Le groupe canadien SNC-Lavallin vient d’être éclaboussé par de nouvelles révélations sur son implication dans des affaires de corruption en Algérie.

Selon les révélations du journal candien La Presse, qui dit détenir des documents judiciaires et cite la Gendarmerie royale canadienne (GRC), il y a une vingtaine d’année, « SNC-Lavalin a eu recours aux services du conseiller financier personnel de l’ancienne première ministre britannique Margaret Thatcher pour payer des pots-de-vin en Algérie ».

The graduate Fair

La même source précise que SNC-Lavallin a versé des pots-de-vins pour obtenir le contrat de réalisation du projet du complexe gazier de Rhourde Nouss, dans le sud. Ce projet a été développé en partie par SNC-Lavalin pour la société d’État algérienne Sonatrach, à partir de la fin des années 1990. Aucun détail sur les montants versés et les bénéficiaires n’a été donné.

La même source a rappelé que la SNC-Lavalin a déjà fait l’objet d’une enquête en Algérie, mais n’a jamais été traduite devant les tribunaux.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) affirme « clairement que des pots-de-vin ont été versés et elle identifie un nouveau canal par lequel serait passé l’argent », indique le journal candien.

La Presse a précisé que ces nouvelles révélations sur le versement de pots-de-vins en Algérie il y a une vingtaine d’années, ont été tirées d’une autre enquête sur une autre affaire impliquant SNC-Lavallin.  Au cours de cette enquête sur « le trucage de l’appel d’offres pour la réfection du pont Jacques-Cartier en octobre 2000 », à Montréal au Canada, « les policiers ont découvert un stratagème permettant de verser des pots-de-vin qui avait déjà été utilisé dans d’autres dossiers encore plus anciens », a expliqué la même source.

Pour avoir le contrat, le groupe canadien SNC-Lavallin a contacté « un mystérieux conseiller financier » qui s’appelait Hugh Thurston, aujourd’hui décédé. Économiste de renom, collectionneur d’art et d’antiquités, polyglotte, spécialiste des paradis fiscaux, il servait une riche clientèle à travers le monde et l’aidait à cacher sa fortune loin des regards indiscret », a écrit La Presse, qui a précisé qu’il a été conseiller de l’ex-premier ministre britannique Margaret Thatcher. Hugh Thursto était installé dans le paradis fiscal de Jersey, petite île britannique entre la France et l’Angleterre. 

Selon la GRC, le mystérieux financier de Jersey avait déjà aidé la firme par le passé par l’entremise de son entreprise personnelle, qui agissait comme « représentant » de SNC-Lavalin en Algérie. « Cette compagnie de représentant a été utilisée par SNC-Lavalin International pour des paiements de pots-de-vin à certains individus en relation au projet Rhourde Nouss en Algérie », indique le sergent Guy-Michel Nkili, dans sa déclaration sous serment, reprise par le journal canadien.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine