Homeéconomie numériqueFacebook (l’entreprise) pourrait bientôt changer de nom

Facebook (l’entreprise) pourrait bientôt changer de nom

Mark Zuckerberg compte créer une maison-mère avec un nouveau nom englobant plusieurs divisions, comme Google l’a fait il y a quelques années…

Une nouvelle ère avec un nouveau nom pour Facebook ? Selon le site spécialisé The Verge, l’entreprise californienne, qui traverse une période de turbulences, devrait annoncer la semaine prochaine la création d’une nouvelle maison-mère chapeautant ses différents services (le réseau social Facebook, Instagram, WhatsApp, Oculus, etc).

Le but ? Se tourner vers l’avenir, notamment le « multiverse », cet univers connecté mélangeant réalités virtuelle et augmentée, que Mark Zuckerberg considère comme le futur du Web. Mais ses détracteurs y voient un tour de passe-passe pas très subtil pour s’éloigner d’un nom devenu toxique après des polémiques à répétition.

Selon The Verge, le nouveau nom devrait être dévoilé à l’occasion de la conférence Connect, le jeudi 28 octobre. Il est jalousement gardé au sein de la direction et serait sémantiquement lié au multiverse et à Horizon, la plateforme sociale virtuelle développée par Facebook.

Facebook ne serait pas le premier à le faire. En 2015, Google avait créé la structure Alphabet (dont dépendent Google, Waymo, Deepmind, Verily etc). Mais le nom n’a jamais pris auprès du grand public. Snapchat s’est également renommé Snap en 2016. « Facebook pense que changer de nom peut l’aider à changer de sujet », a déclaré dans un communiqué une association anti-Facebook, qui se fait ironiquement appeler le « Véritable Conseil de surveillance de Facebook » (Real Facebook Oversight Board). « C’est un signe qu’ils sont prêts à tout pour distraire de leur échec à assainir leurs plateformes remplies de haine. Quoi qu’ils se fassent appeler, le problème reste entier, (…) ils ont besoin de régulation réelle et indépendante, tout de suite », poursuit l’association. « Si vous donnez un nouveau nom à un produit qui ne marche plus, les gens vont rapidement comprendre que la nouvelle marque a les mêmes problèmes », a tweeté Benedict Evans, un analyste indépendant spécialiste de la Silicon Valley. « Une meilleure approche serait de résoudre le problème, et ensuite de créer une nouvelle marque qui reflète le nouveau produit », a-t-il continué.

L’entreprise, qui enchaîne les scandales depuis des années, traverse une passe particulièrement difficile depuis que France Haugen, une ancienne employée lanceuse d’alerte, a fait fuiter des documents internes à la presse et accusé la plateforme de faire passer « les profits avant la sécurité » de ses utilisateurs. Fait rare, les élus républicains et démocrates semblent tous d’accord pour tenter de réguler l’entreprise. Et un changement de nom n’y changera rien.

Afp

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine