Les cours du pétrole ont encore pris de la hauteur

Les cours du pétrole ont encore pris de la hauteur

Les cours du pétrole ont encore pris de la hauteur mardi, soutenus par les spéculateurs qui ont fait fi des signes de ralentissement de l’économie un peu partout dans le monde.

À New York, le baril de WTI pour livraison en novembre a enchaîné sa quatrième séance de hausse consécutive pour clôturer à son plus haut niveau depuis le 13 octobre 2014, il y a sept ans, à 82,96 dollars, en hausse de 0,63% ou 52 cents.

Quant au baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre, coté à Londres, il a gagné 0,88% ou 75 cents, pour terminer à 85,08 dollars. 

PIB décevant en Chine au troisième trimestre, production industrielle en baisse en septembre aux États-Unis, les deux premières économies mondiales ont perdu de l’élan au troisième trimestre, ce qui pourrait affecter le niveau de la demande d’énergie.

Les autorités chinoises ont également indiqué mardi qu’elles pourraient intervenir sur le marché du charbon pour faire baisser les cours, qui ont décollé récemment tout comme l’ensemble des énergies fossiles.

Ce développement est de nature à réduire les transferts de demande du marché du charbon vers celui du pétrole, et ainsi de priver les prix du brut d’un des réacteurs qui les propulsent depuis plusieurs semaines, a souligné Robert Yawger, responsable des contrats à terme sur l’énergie chez Mizuho Securities.

Mais ce n’est pas suffisant pour faire reculer le prix de l’or noir. « Les spéculateurs essayent de protéger leurs positions » et achètent dès que le marché commence à se replier, a décrit l’analyste.

Des opérateurs accumulent des options d’achats (contrats qui permettent d’acheter un produit à un prix défini à l’avance) à des prix sensiblement supérieurs à 90 dollars sur le WTI ce qui montre qu’une partie du marché table sur une poursuite du mouvement à la hausse.

Afp