Conversion de 150.000 véhicules au GPLc : l’Etat contribue avec 4,55 milliards DA

Le Fonds national de l’efficacité énergétique des énergies renouvelables et la cogénération (FNEEERC) contribuera au programme de reconversion de 150.000 véhicules au Gaz de pétrole liquéfié carburant (GPLc) avec une enveloppe de 4,55 milliards de dinars, a indiqué lundi à Alger le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Benattou Ziane.

Cette contribution de l’Etat permettra de supporter les 50% de réduction des frais de fourniture et d’installation des kits GPLc proposés aux 50.000 taxis et 100.000 véhicules particuliers dans le cadre de ce programme qui vise « la protection de l’environnement et de l’option du développement durable », a expliqué le ministre.

La conversion d’un véhicule au GPLc facturée entre 30.000 et 35.000 DA

L’allocation de ce fonds sera reversée aux quelques 850 centres de conversion de kits GPLc actuellement recensés, (50 affiliés à Naftal et 800 opérateurs privés), chargés de réaliser ce programme qui démarrera « au cours de la semaine prochaine », selon le Secrétaire général du ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Mohamed Salah Bouzeriba.

La conversion d’un véhicule au GPLc sera ainsi facturée entre 30.000 et 35.000 DA, selon la capacité du réservoir et la qualité des équipements, après avoir bénéficié de la réduction de 50% accordée par l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (Aprue), chargée de la réalisation et du suivi de ce programme, a indiqué Mourad Ouazene, chef du département transport à cette agence.

Ce programme a pour objectif également de développer une industrie locale de fabrication des réservoirs pour la conversion au GPLc afin d’atteindre 1,1 million de véhicules convertis à l’horizon 2030, ajoute M. Ouzene.

Des prêts de 1 million de dinars accessibles aux installateurs

Le responsable a expliqué que les chauffeurs de taxis ou particuliers intéressés par ce programme, qui s’étalera sur une année à partir de la signature de l’ordre de service (ODS), pourront s’inscrire sur la plateforme numérique élaborée par l’Aprue, accessible à partir du site de cette agence.

Ils seront en mesure de choisir un installateur parmi ceux répertoriés sur cette plateforme et obtenir un rendez-vous, a-t-il ajouté.

L’installateur leur remettra une procuration qu’ils devront remplir puis légaliser au niveau de l’APC afin de permettre à l’installateur de récupérer les 50% de la valeur de sa prestation, pris en charge par le FNEEERC.

De son coté, le ministre délégué auprès du Premier ministère chargé des Micro-entreprise, Nassim Diafat, a annoncé que les entreprises d’installatation de kits GPLc,  crées dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (Anade, ex Ansej), pourront bénéficier d’un prêt non rémunéré d’un montant de 1 million de dinars que leur accordera l’Anade, afin de leur permettre d’honorer les commandes.

Les utilisateurs du GPLc exonérés de la vignette automobile

Pour sa part, le ministre des Transports, Aissa Bekkai, a indiqué lors d’une allocution prononcée à cette occasion, que ce programme constituait le « point de départ » pour régler un des nombreux problèmes dont souffrent les chauffeurs de taxis.

M.Bekkai a expliqué que le défi à relever lors des prochaines années est de combattre, graduellement, le phénomène de la pollution en modernisant les systèmes de transport intelligents respectueux de l’environnement.

Pour rappel, le GPLc est le carburant le moins cher sur le marché algérien avec 9 dinars le litre.                             

Outre l’exonération de la vignette automobile, les utilisateurs de ce type de carburant propre bénéficieront d’un gain financer de l’ordre de 90.000 dinars par an pour un parcours de 25.000 km, selon les estimations de l’Aprue.

Avec APS