Risque d’inondations à Alger : 28 points noirs recensés

Révision de la loi relative aux risques majeurs et à la gestion des catastrophes la semaine prochaine
Des dégâts estimés à 25 milliards de dinars

Le responsable des projets et de la maintenance à la SEAAL, Samir Djendel a fait état mercredi du recensement de 28 points noirs s’agissant des risques d’inondations au niveau de la capitale, a rapporté, ce jeudi 14 octobre 2021, la Radio nationale.

Intervenant lors d’une journée de sensibilisation organisée par la wilaya d’Alger dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la prévention des catastrophes naturelles, correspondant au 13 octobre, M. Djendel a indiqué que la SEAAL avait recensé 28 points noirs à Alger, s’agissant des risques d’inondations.

Les points noirs sont recensés au niveau du port d’Alger, Tripoli, Ouedkniss, les trémies ainsi que les communes de Bordj El Bahri, Bordj El Kiffan, Bab Ezzouar, Rouiba et Bab El Oued, selon le même média.

Selon le même responsable, des solutions sont proposées dans le cadre du plan d’orientation lié à la prévention des inondations, établi en collaboration avec la Direction des Ressources en eau d’Alger, citant notamment la création d’une conduite souterraine (projet en cours d’étude) pour acheminer les eaux pluviales de Bab Ezzouar vers la mer, ou encore la réhabilitation des anciens réseaux de voirie des communes.

Intervenant lors de cet événement, le chef de service d’assainissement dans la même direction, Nacef Nadir a passé en revue les projets réalisés pour prévenir les inondations, dénombrant, entre autres, la réhabilitation de Oued El Hamiz (dont les travaux ont débuté depuis 3 mois), Oued El-Harrach (devant être réceptionné prochainement), la réalisation d’un collecteur à Oued Ouchayah (en service), un autre de Oued Romane à El-Harrach (achevé), outre la réalisation du projet d’Oued M’kessel à BEO, une conduite de 4m de diamètre (achevée) et le collecteur de Rais Hamidou (en service).