Fromagerie Bel Algérie : Le marché algérien, leader mondial pour La Vache qui rit en 2020

Fromagerie Bel Algérie : Le marché algérien, leader mondial pour La Vache qui rit en 2020

En 2020, ce ne sont pas moins de 2,5 millions de portions de fromage « La Vache qui rit » qui ont été vendues chaque jour, faisant du marché algérien le leader mondial pour marque iconique, a-t-on appris auprès de Bel Algérie, filiale du groupe familial français « Bel ».

Pour rappel, Bel Algérie a été créé en 2002 avec l’ambition du développement d’un projet industriel qui a vu le jour en 2005 avec la construction de l’usine située à Koléa ( wilaya de Tipaza), qui a permis d’amorcer le développement de la production. En 2007, La Vache Qui Rit a commencé à être produite en Algérie. L’usine produit localement : La Vache qui rit, La Vache qui rit Chef, La Vache qui rit Simply, La Vache qui rit Koul Youm, Kiri, Kiri Délice, Maitre Picon, La Nouvelle Vache.

En marge d’une visite à l’usine de production, organisée au profit de la presse, le directeur général de Bel Algérie, Xavier François, a fait savoir l’entreprise qu’il dirige détient 40% de parts de marché en ce qui concerne la partie fromage.

Si les matières premières (matières grasses…) entrant dans la production du fromage de l’entreprise, sont quasiment importées. L’entreprise affiche son ambition de développer l’approvisionnement localement et engage son expertise auprès de ses partenaires pour développer leur activité dans le but de renforcer la collaboration et de permettre l’éclosion d’un tissu industriel algérien aux standards exigeants.

« Aujourd’hui, on est dans une logique d’accompagnement et de développer la filière notamment sur la partie fromage. Depuis trois à quatre ans, nous avons un plan de développement avec un acteur de Constantine « Grosly », afin de l’accompagner pour développer des fromages aux standards internationaux pour alimenter notre usine. (…) on n’a pas la prétention de localiser toutes nos productions de matières premières à court terme, mais depuis quatre ou cinq ans, on a accélérer ce plan », a expliqué M. Xavier François, selon qui, en matière de carton (emballage…), le taux d’intégration est de l’ordre de 90%.

En matière d’emploi, Bel Algérie a permis la création de plusieurs centaines de postes d’emploi. Elle compte aujourd’hui plus de 700 collaborateurs directs, tous algériens, et plus de 500 collaborateurs indirects, que l’entreprise accompagne à travers la formation continue leur permettant de développer leur savoir-faire et leurs compétences. Pour assurer la santé et la sécurité de ces centaines de collaborateurs, l’entreprise a indiqué qu’elle a mis en place une démarche santé/sécurité en travaillant sur deux volets « employés » et « technique » et le résultat c’est « 0 » accident de travail depuis 468 jours.

S’agissant de l’impact de la Covid-19, le DG de Bel Algérie énuméré trois contraintes. La première est la contrainte administrative et sanitaire pour s’adapter à la nouvelle donne de la Covid-19; ensuite, ça été le pouvoir d’achat du consommateur algérien avec un transfert de consommation vers d’autres offres plus accessibles du marché; et le transfert de la consommation à la maison suite au confinement sanitaire qui a contraint les restaurants, hôtels…à fermer.

Bel Algérie adapte ses prix à la réalité du pouvoir d’achat des algériens

L’Entreprise indique qu’elle intègre au cœur de ses préoccupations l’engagement pour alimentation saine et équilibrée, accessible au plus grand nombre.

Ainsi, Bel Algérie engage toute sa responsabilité pour assurer la sécurité alimentaire de ses produits, à travers le respect d’un processus de production rigoureux qui intègre notamment le contrôle continu pour assurer à ses consommateurs des produits aux conditions irréprochables. L’amélioration continue du processus de production et des standards de sécurité permet à Bel Algèrie d’obtenir la Certification Safety en 2018, et la renouveler consécutivement les années suivantes. L’usine de Bel Algérie est la seule usine de son genre à obtenir cette certification aux standards très exigeants.

Elle œuvre localement dans le développement et perfectionnement des recettes de ses marques iconiques et le développement des marques locales pour proposer aux consommateurs une savoureuse gamme de produit adaptée aux exigences des algériens et à leur pouvoir d’achat. C’est dans cette dynamique que les marques La Vache Qui Rit Chef ou encore la Vache Qui Rit Simply ont vu le jour.

Face à l’érosion du pouvoir d’achat des algériens, l’entreprise a su adapté son rapport qualité/prix. En effet, l’entreprise explique qu’elle a développé des recettes conciliant enrichissement nutritionnel à prix encore plus accessible pour s’adapter à la réalité du consommateur algérien qui a vu réduire son pouvoir d’achat. C’est dans ce contexte que La Vache qui rit Simply a été créé et a pris sa place dans les rayons en août 2020.

En 2021, Bel Algérie a poursuivi ses engagements dans optique de réduction prix et en voit l’aboutissement avec une recette La vache qui rit l’original. Une recette développée avec toute l’expertise Bel Algérie, particulièrement en recherche et développement en local, pour maintenir un enrichissement nutritionnel, source de vitamines A et D, fer et Zinc, à un prix encore plus accessible recommandé de 170 DA pour la boîte de 16 portions, de 90DA pour la boîte de 08 portions et 245DA pour la boîte 24 portions.

Protection de l’environnement

L’Entreprise est également engagée dans la protection de l’environnement avec des investissements importants pour développer des programmes concrets, tels que, le programme de recyclage. L’entreprise a enregistré 64% de déchets recyclés durant les trois dernières années.

L’entreprise a également développé les programmes Wasabel et Esabel qui consistent à réduire la consommation d’électricité et d’eau dans le processus de production mais aussi dans le comportement des employés en sensibilisant aux écogestes. L’entreprise a réussi réduire sa consommation en eau de 24% et de 13% d’électricité durant les 4 dernières années.

L’entreprise a également procédé à un investissement important dans une station de traitement réduisant de 19% les effluents en 4 ans.