La directrice générale du FMI maintenue à son poste malgré les accusations d’irrégularités

La directrice générale du FMI maintenue à son poste malgré les accusations d'irrégularités

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international a annoncé lundi soir qu’il renouvelait « sa pleine confiance » en Kristalina Georgieva, maintenue ainsi au poste de directrice générale malgré les accusations d’irrégularités dont elle a fait l’objet.

Les instances dirigeantes de l’institution ont estimé que les informations présentées au cours de l’enquête ne permettaient pas de conclure à « un rôle inapproprié » de l’économiste bulgare. De son côté, Mme Georgieva s’est immédiatement félicitée de cette décision affirmant que ces allégations étaient « infondées ».

La question du maintien de Mme Georgieva, 68 ans, à la tête du Fonds était posée depuis la publication, le 16 septembre, des conclusions d’une enquête du cabinet d’avocats WilmerHale, menée à la demande du comité d’éthique de la Banque Mondiale. Dans cette enquête, elle était accusée d’avoir manipulé des données du rapport « Doing Business » pour favoriser la Chine lorsqu’elle était directrice générale de la Banque mondiale. La patronne du FMI a toujours nié les faits qui lui étaient reprochés.

Lundi soir, le FMI a indiqué que la décision avait été prise à l’issue d’une huitième réunion du conseil d’administration sur cette question, « dans le cadre de l’engagement du conseil d’administration à procéder à un examen approfondi, objectif et précis ». « Le Conseil d’administration a estimé que les informations présentées au cours de son examen ne démontraient pas de manière concluante que la directrice générale a joué un rôle inapproprié concernant le rapport +Doing Business 2018+ lorsqu’elle était directrice générale de la Banque mondiale », selon le communiqué.  « Après examen de l’ensemble des éléments de preuve présentés, le Directoire réaffirme sa pleine confiance dans le leadership et la capacité de la Directrice Générale à continuer à s’acquitter efficacement de ses fonctions », ajoute le texte. 

Le Conseil ajoute qu’il a confiance « dans l’engagement » de Mme Georgieva « à maintenir les meilleures normes de gouvernance et d’intégrité au FMI ». « La confiance et l’intégrité sont les pierres angulaires des organisations multinationales que j’ai fidèlement servies pendant plus de quatre décennies », a réagi Mme Georgieva.  Elle a souligné que cette affaire a été « un épisode difficile sur le plan personnel » tout en exprimant son « soutien indéfectible à l’indépendance et à l’intégrité » des institutions.

Afp