La reprise du commerce mondial dépasse les attentes mais elle est marquée par des divergences régionales

La reprise du commerce mondial dépasse les attentes mais elle est marquée par des divergences régionales

Porté par la reprise de l’activité économique mondiale au premier semestre de 2021, le commerce des marchandises a dépassé son pic d’avant la pandémie, ce qui a conduit les économistes de l’OMC à revoir à la hausse leurs prévisions commerciales pour 2021 et 2022.

L’OMC anticipe désormais une croissance en volume de 10,8% (au lieu des 8% annoncés en mars) du commerce mondial des marchandises pour 2021, suivie d’un accroissement de 4,7% en 2022. Cette croissance devrait se modérer à mesure que le commerce des marchandises retournera à la tendance de long terme qui était la sienne avant la pandémie. Des problèmes du côté de l’offre comme la pénurie de semi-conducteurs et le retard accumulé dans les ports pourraient tendre les chaînes d’approvisionnement et peser sur les échanges dans certains secteurs, mais ne devraient pas avoir d’incidence majeure sur les agrégats mondiaux. Les principaux risques baissiers viennent de la pandémie elle-même.

Six points sont à retenir  comme des faits saillants rapport:

Le volume du commerce mondial des marchandises devrait croître de 10,8% en 2021, la prévision de 8% annoncée en mars ayant été revue à la hausse. La croissance du commerce devrait ralentir à 4,7% en 2022, au lieu des 4% annoncés précédemment.

La croissance trimestrielle des échanges était en hausse de 22% en glissement annuel au deuxième trimestre de cette année, mais devrait ralentir à 6,6% au quatrième trimestre, en écho à la baisse et au redressement de 2020.

Le PIB mondial augmentera de 5,3% en 2021, soit davantage que les 5,1% annoncés en mars. La croissance devrait ralentir à 4,1% en 2022, au lieu des 3,8% annoncés précédemment.

Les prévisions actuelles sont proches du scénario optimiste indiqué dans les dernières prévisions commerciales, mais les risques du scénario pessimiste prédominent désormais (tension des chaînes d’approvisionnement mondiales et résurgence de la COVID-19, notamment).

Les disparités régionales resteront importantes. Les importations de l’Asie devraient augmenter de 9,4% en 2021 par rapport à 2019, tandis que celles des pays les moins avancés (PMA) diminueront de 1,6% sur la même période.

Le commerce des services devrait rester à la traîne du commerce des marchandises, en particulier dans les secteurs liés aux voyages et aux loisirs.

Source : WTO