HomeEntreprises-ManagementGEAT, filiale de Sonelgaz, exporte deux turbines à gaz et d'autres équipements...

GEAT, filiale de Sonelgaz, exporte deux turbines à gaz et d’autres équipements vers le Moyen-Orient

GE Algeria Turbines (GEAT SPA), filiale du Groupe Sonelgaz, implantée à Ain Yagout (wilaya de Batna), a annoncé, ce lundi 4 octobre 2021, avoir signé un contrat d’exportation vers un client du Moyen-Orient de turbines à gaz et d’autres équipements. Le nom du client en question n’a pas été précisé.

Il s’agit précisément de deux turbines à gaz GE 9F.04, deux alternateurs, deux systèmes de contrôle commandes de type Mark VI ainsi que leurs modules et auxiliaires assemblés et fabriqués dans ses locaux en Algérie, selon un communiqué de GEAT, qui est une Joint-Venture entre Sonelgaz (51%) et General Electric 49%.

« Les turbines pourront fonctionner à la fois au gaz naturel et au combustible liquide et devraient produire jusqu’à 500 mégawatts d’électricité une fois opérationnelles », précise le communiqué de GEAT. « Ce contrat constitue une étape importante : c’est la première fois que des turbines à gaz de grande puissance fabriquées de bout en bout en Afrique seront exportées depuis le continent », souligne la même source.

Situé dans la zone d’Aïn Yagout dans la Wilaya de Batna (Est du pays), le complexe a été réalisé pour fabriquer des modules et auxiliaires de turbine, assembler des turbines à gaz et à vapeur ainsi que des systèmes de contrôle commande, créer des solutions numériques et fournir des prestations de maintenance et de réparation des équipements de production d’électricité de grande puissance. GEAT est la seule installation de ce type sur le continent africain.

« L’annonce d’aujourd’hui est un moment de fierté nationale. Notre filiale GEAT contribue à diversifier l’économie algérienne, à renforcer davantage l’écosystème énergétique local et à soutenir les efforts nationaux  de développement socio-économique par le biais des exportations, du transfert de technologies et de compétences, et du renforcement des capacités locales. C’est la concrétisation de la vision que nous avions lorsque nous avons développé pour la première fois le plan de création du méga-complexe GEAT en Algérie, grâce à un partenariat gagnant-gagnant avec GE» a déclaré Chahar Boulakhras, PDG de Sonelgaz, cité dans le communiqué.

Selon la même source, M. Boulakhras a ajouté que « Sonelgaz ira encore plus loin, en mettant en œuvre son plan stratégique 2035 qui s’inscrit dans le cadre de la politique nationale d’industrialisation, consistant en la concrétisation d’une série de projets industriels en partenariat,basée sur la valorisation des ressources locales et les avantages comparatifs dont jouit l’Algérie ».

De son côté, Joseph Anis, Président et Directeur général de GE Gas Power Europe, Moyen-Orient et Afrique, cité lui aussi dans le même communiqué, a déclaré : « L’exportation de turbines à gaz et d’auxiliaires fabriqués et assemblés dans les unités de GEAT -presque entièrement par le personnel algérien local en collaboration avec les experts mondiaux de GE -est l’aboutissement de nombreuses années de planification et de travail acharné et ne marqué que le prélude de tout ce qui peut être accompli dans ce complexe et dans le pays. Je tiens à remercier et à féliciter les équipes de GEAT, Sonelgaz et GE dont les efforts conjoints ont rendu cette réalisation possible ». « Ensemble, nous nous engageons à renforcer la chaîne de valeur du secteur de l’électricité et à favoriser la croissance, la  prospérité et le développement des talents locaux en Algérie », a-t-il ajouté.

Le communiqué rappelle : « GEAT s’inscrit dans le cadre d’un investissement de 168 millions de dollars américains (environ 22 milliards de dinars algériens). « La Joint-venture à déjà créé 150 emplois directs et devrait en créer jusqu’à 200 autres d’ici 2024. Le personnel de GEAT, qui compte des ingénieurs, des  opérateurs, des experts en logistique, du personnel administratif et d’autres compétences, à déjà bénéficié de plus de 30.000 heures de formation sur l’ingénierie, les méthodes de fabrication, le leadership, l’HSE dispensées dans des instituts publics et privés en Algérie, ainsi que dans les usines de GE en France, en Inde et en Hongrie. Le complexe a démontré comment la politique industrielle peut contribuer au développement des régions reculées d’Algérie et ouvre ainsi la voie à de futurs projets générateurs de richesse et d’emplois. »

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine