Les organisations internationales et les fabricants de vaccins conviennent de renforcer leur coopération pour la distribution des vaccins contre la COVID-19

Les organisations internationales et les fabricants de vaccins conviennent de renforcer leur coopération pour la distribution des vaccins contre la COVID-19

Les responsables du Fonds monétaire international, du Groupe de la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Organisation mondiale du commerce ont rencontré les directeurs généraux des principaux fabricants de vaccins afin de discuter des stratégies pour améliorer l’accès aux vaccins contre la COVID-19, en particulier dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et en Afrique. L’Équipe spéciale s’est dite préoccupée par le fait que, en l’absence de mesures urgentes, il était peu probable que le monde atteigne l’objectif final consistant à ce qu’au moins 40% de la population de tous les pays soient vaccinés d’ici à la fin de 2021 — une étape cruciale pour mettre fin à la pandémie et pour la reprise économique mondiale.

Les membres de l’Équipe spéciale ont noté que, malgré une production mondiale totale de vaccins adéquate dans l’ensemble, les doses ne parviennent pas en quantité suffisante aux pays à faibles revenus et à revenus moyens de la tranche inférieure, ce qui entraîne une crise des inégalités en matière de vaccins. L’Équipe spéciale a encouragé les pays qui ont acheté de grandes quantités de doses de vaccin, ainsi que les fabricants de vaccins, à collaborer de bonne foi pour accélérer de toute urgence les livraisons de vaccins contre la COVID-19 via les dispositifs COVAX et AVAT, deux mécanismes multilatéraux qui sont essentiels à la distribution équitable des vaccins. 

Les membres de l’Équipe spéciale se sont félicités de la volonté des PDG de travailler collectivement avec eux pour mettre fin aux inégalités en matière de vaccins et de leur détermination à constituer un groupe de travail technique avec l’Équipe spéciale pour échanger et coordonner les informations sur la production et les livraisons de vaccins.

L’Équipe spéciale a souligné que si le seuil de couverture de 40% devait être atteint dans tous les pays d’ici la fin de 2021, les gouvernements et les fabricants de vaccins devaient prendre immédiatement les mesures suivantes : 

-Débloquer des doses pour les pays à faibles revenus et à revenus intermédiaires de la tranche inférieure : Les membres de l’Équipe spéciale prennent note du fait que les pays ayant des taux de vaccination élevés ont collectivement pré-acheté plus de deux milliards de doses en plus de ce qui est nécessaire pour vacciner complètement leurs populations. L’équipe spéciale appelle à nouveau ces pays à: i) échanger leurs calendriers de livraison à court terme avec le COVAX et l’AVAT, ii) respecter leurs promesses de dons de doses avec des livraisons initiales non affectées pour le COVAX, et iii) libérer les fabricants de vaccins de leurs engagements et contrats afin que ces doses puissent être livrées aux populations des pays à faibles revenus et à revenus intermédiaires de la tranche inférieure. En outre, les fabricants de vaccins devraient donner la priorité à leurs contrats avec le COVAX et l’AVAT et les honorer.

-Assurer la transparence sur l’approvisionnement en vaccins: Pour s’assurer que les doses parviennent aux pays qui en ont le plus besoin, en particulier les pays à faibles revenus et à revenus intermédiaires de la tranche inférieure, l’équipe spéciale demande aux fabricants de vaccins de communiquer les détails des calendriers de livraison mois par mois pour toutes les expéditions de vaccins, en particulier pour le COVAX et l’AVAT. Dans ses remarques, l’OMS a souligné son appel à un moratoire sur les doses de rappel jusqu’à la fin de 2021, à l’exception de celles destinées aux personnes immunodéprimées, afin de contribuer à optimiser l’approvisionnement des pays à faibles revenus.

-Éliminer les restrictions et les prohibitions à l’exportation : l’équipe spéciale demande à tous les pays de s’attaquer d’urgence aux restrictions à l’exportation, aux droits de douane élevés et aux goulets d’étranglement douaniers pour les vaccins contre la COVID-19, ainsi que les matières premières et fournitures nécessaires à la production et à la distribution rapide des vaccins.

-Rationaliser et harmoniser la réglementation : l’Équipe spéciale appelle toutes les autorités réglementaires du monde entier à assurer une cohérence et une normalisation réglementaires pour l’approbation des vaccins, et à soutenir l’acceptation de la procédure d’inscription sur la liste des utilisations d’urgence de l’OMS. Parallèlement, des efforts devraient être déployés pour stimuler la production de vaccins, de tests de diagnostic et de traitements à l’échelle mondiale et accélérer la fourniture équitable aux pays en développement de ces outils qui permettent de sauver des vies.

Source : WTO