Pouvoir d’achat : plus de la moitié du salaire mensuel a perdu de sa valeur

Pouvoir d'achat : la rentrée sociale s'annonce compliquée pour le gouvernement

Le pouvoir d’achat des algériens ne cesse de se dégrader. Cette incroyable dégradation peut être observée à travers un comparatif non exhaustive entre les prix moyens pratiqués en 2010 et en 2021, relayée sur sa page Facebook par Mustapha Zebdi, président de l’Association de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (APOCE).

Selon ce comparatif, la moyenne des prix de biens de consommations et des services a plus que doublé en une décennie (entre 2010 et 2021) tandis que les salaires sont restés figés. « Tous les secteurs de la fonction publique n’ont pas connu d’augmentation de salaire depuis 2010 », relève-t-on, en ajoutant que « plus de la moitié du salaire mensuel a perdu de sa valeur à cause de l’augmentation de la moyenne générale des prix ». Ce qui veut dire que le salaire de 2010 a perdu 50% de sa valeur en 2021 du fait des hausses des prix.

Le comparatif prend plusieurs exemples de prix de produits de consommations de base pratiqués en 2010 et 2021. Ainsi, les lentilles, leurs prix étaient de 100 dinars le kilogramme en 2010, il est passé à 250 dinars en 2021. Le prix des haricots blancs est passé de 160 DA/kg à 270 DA/kg. Le prix du kilo de riz est passé de 80 DA à 150 DA.

Les prix des pâtes alimentaires ont doublé en passant de 40 DA le paquet de 500 grammes à 75 dinars. Le kilo de couscous, un des plats les plus consommés en Algérie, est passé de 80 DA à 170 DA, pour la même période de comparaison.

Le prix du quintal de semoule est de 4500 DA en 2021, alors qu’il était de 2500 DA, il y a une décennie. Le prix d’une boîte de lait en poudre est passé de 220 DA en 2010 à 350 DA en 2021. La tomate industrielle de 500 grs a vu son prix bondir de 160 DA à 250 DA.

S’agissant des viandes, en 2010, le prix moyen d’un kilo de poulet était de moins de 250 DA, en 2021, il est passé à 350 DA en moyenne. A noter qu’il y a quelques jours, le prix du poulet est de plus de 400 DA/kg. Pour la sardine, son prix est passé de 250 dinars/kg en 2010 à 500-700 DA actuellement, alors qu’elle vendait à plus de 1000 DA/kg, il y a quelques mois.

Entre 2010 et 2021, le comparatif a relevé que les prix des produits d’hygiène et de nettoyage ont connu des augmentations importantes. Les tarifs de l’électricité ont également connu une hausse, après que le gouvernement Ouyahia eut fixé des tarifs suivant trois seuils de consommation. A cela s’ajoutent d’autres charges telles que les abonnements à Internet et les smartphones, devenus indispensables.

Aussi, le prix de l’essence est passé de 19 DA le litre en 2021 à 45 DA le litre en 2021, ce qui induit une augmentation des prix du transport. Les prix des véhicules ont doublé durant cette dernière décennie. Selon le même comparatif des prix, la voiture qui coûtait 700.000 dinars en 2010, sont prix a doublé en 2021 (1.400.000 dinars).

La même source compare également le prix moyen du loyer en 2010 et 2021. Alors qu’il y a une décennie, un loyer mensuel était de 8000 DA, coûte actuellement le triple, même si, le comparatif parle d’un prix moyen de 14.000 dinars en 2021.

En 2010, la consultation médicale chez un médecin privé coûtait moins de 1000 DA, et aujourd’hui elle coûte plu de 2000 DA.

En mars dernier, une étude réalisée par le syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) et la Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie (CGATA), avait indiqué qu’un salaire minimum de 81 751,14 DA est indispensable pour assurer les besoins essentiels de la famille de 5 membres contre 73 027 Da/mois en 2017, soit une augmentation de 8750 DA (+12%).