La FAM recommande d’interdire la vente de médicaments sans ordonnance

Médicaments en rupture: Les pharmaciens boycottent les distributeurs

La Fédération algérienne du médicament (FAM) a appelé jeudi les pharmaciens d’officines à ne délivrer aucun médicament anti-Covid 19 sans prescription médicale préalable.

Dans son communiqué, la FAM a souligné que « les officines pharmaceutiques devraient s’en tenir strictement à l’exigence d’une ordonnance médicale préalable pour toute délivrance des médicaments destinés à la lutte anti-Covid 19 ».

Cette mesure fait partie d’une série de recommandations émises par cette fédération qui rassemble l’Union nationale des opérateurs pharmaceutiques (UNOP), l’association des distributeurs pharmaceutiques d’Algérie (ADPHA) et le Syndicat national des pharmaciens d’officines (SNAPO), et ce, suite à la rencontre tenue mercredi avec le ministre de l’Industrie pharmaceutique.

Ces recommandations visent à faire part de la nécessité « en urgence de rétablir la confiance et la sérénité à tous les échelons de la chaîne pharmaceutique ».

Les grossistes-répartiteurs ont été, ainsi, invités à mettre « sans restriction aucune », l’intégralité de leur stock de médicaments anti-Covid 19 à la disposition du réseau des  officines  pharmaceutiques, tout en assurant une couverture géographique « la plus équitable possible » entre l’ensemble des communes et wilayas du pays, a précisé la fédération.

De leur coté, les producteurs ont sollicité, à travers ce communiqué, le concours des autorités et autres services publics (banques, douanes..) afin de leur faciliter les procédures d’acheminement de tous les intrants entrant dans la production des produits pharmaceutiques.

La FAM a relié, en outre, l’appel de ses membres-adhérents lancé à l’adresse des pouvoirs publics compétents à la « nécessité » de doter, rapidement, tous les personnels de production et de distribution des médicaments d’une autorisation de circulation permanente, leur permettant d’exercer leurs tâches durant les horaires de confinement.

La fédération a confirmé, également, la disponibilité des producteurs pharmaceutiques à mettre leur réseau de visiteurs médicaux au service de l’autorité sanitaire nationale pour relayer ses messages et ses orientations à destination du corps médical sur l’ensemble du territoire national.

La FAM a tenu, par ailleurs, à rassurer les citoyens algériens en affirmant que « les stocks de matières premières, intrants et produits finis entrant dans la fabrication des médicaments anti-Covid-19, permettent de répondre à tous les besoins pouvant s’exprimer au cours des douze prochains mois », tout en soulignant que ces médicaments sont aujourd’hui fabriqués « entièrement » par des producteurs nationaux.

Enfin, la FAM a réitéré leur mobilisation de ses membres-adhérents pour assurer la continuité de leurs activités et répondre à la demande en produits pharmaceutiques.

APS